Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Mesdames, Messieurs, Chers Membres

En référence aux idées de Mohamed Hassan Ouazzani, à l’occasion de la 42ème commémoration de son décès (1910-1978) et à l’occasion de la Journée Internationale de la Démocratie, le Centre a organisé une visioconférence intitulée :

Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Samedi 02 Octobre 2021 à 14h00 

Avec la participation de :  

 Monsieur Mostafa Bouaziz, Historien, Professeur de l’Enseignement Supérieur et Président de la séance.

 Monsieur Mohamed Mouaquit, Professeur de Sciences Politiques à l’Université Hassan II de Casablanca.

Madame Latifa El Bouhsini, Universitaire spécialiste de l’Histoire des Femmes.

 Monsieur Reda Benkirane, Sociologue et Spécialiste en Affaires Internationales.

Monsieur Maarouf Dafali, Historien et Professeur de l’Enseignement Supérieur 

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été  diffusée en direct sur notre chaîne YouTube :

 www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Mostafa Bouaziz

Historien, titulaire d’un Doctorat d’Etat à l’Université Paris I Panthéon –Sorbonne et d’un diplôme de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Il est actuellement Professeur de l’Enseignement Supérieur à l’université Hassan II de Casablanca. Il est également Conseiller scientifique de la revue Zamane et membre fondateur de l’Association Marocaine de la recherche historique.

Mostafa Bouaziz a contribué à la rédaction de plusieurs articles dans la presse marocaine et est aussi l’auteur de plusieurs livres et ouvrages dont : Aux origines de la Koutla démocratique (éditions de la Faculté des lettres Aïn Chok, 1997).

Mohamed Mouaquit

Mohamed Mouaquit est  docteur d’Etat en Sciences Politiques de l’Université Paris II. France. Il est actuellement professeur  de sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. Université Hassan II AïnChok de Casablanca…Lire la suite.

 

Latifa El Bouhsini

Latifa El Bouhsini est professeure à la faculté des sciences de l’éducation à Rabat, formatrice spécialiste de l’approche genre et droits des femmes. Elle est membre du bureau national de l’École citoyenne des études politiques au Maroc depuis 2012.

Latifa El Bouhsini est docteure en histoire des civilisations, chercheuse dans le domaine de l’histoire des femmes et du mouvement féministe au Maroc. Activiste féministe de gauche, elle est également fondatrice de l’Union d’action féministe en  et membre du bureau national de l’organisation marocaine des droits de l’homme.

Publications en français 

  • Les métiers féminins dans le Maroc médiéval, Ouvrage collectif, Université Ibn Tofaïl, 2005.
  • Le féminisme au Maroc : histoire d’une évolution difficile, 2008.
  • Mouvement des droits humains des femmes : approche historique et archivistique, Ouvrage, 2014.
  • Maroc : acquis et limites du mouvement des femmes dans un ouvrage collectif intitulé, « Etat des résistances dans le Sud Mouvements de femmes », éd, Syllepse, décembre 2015.
  • Une lutte pour l’égalité racontée par les féministes marocaines, la revue « Rives », Université d’Aix-en Provence, mars 2016.
  • L’évolution historique de la participation politique des femmes au Maroc : lecture critique selon l’approche genre, ouvrage collectif, Université Cadi Ayad, Marrakech, 2016.
  • “Les rescapées de l’oubli dans les écrits et dans l’historiographie du
    Maroc entre le XIème et le XIVème siècle, Hesperis-Tamuda, Vol-56, 2021.

Reda Benkirane

Reda Benkirane est titulaire d’un master en études du développement et d’un DEA en sociologie urbaine et anthropologie culturelle de l’institut des hautes études internationales et du développement de Genève, d’un doctorat en philosophie de l’université de Lyon, est sociologue et expert auprès des Nations Unies et d’agences internationales.

Site personnel : www.archipress.org/reda

Livres 

Dernier ouvrage paru : Islam, à la reconquête du sens, Casablanca, La Croisée des Chemins, 2021.

Démographie et géopolitique. Étude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, Hermann, 2015.

La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences, Paris, Le Pommier, 2002, 2006 et 2013.

Le Désarroi identitaire. Jeunesse, arabité et islamité contemporaines, préface de Salah Stétié, Paris, Cerf, 2004 ; Casablanca, La Croisée des Chemins, 2012.

 

Mohamed Maarouf Dafali

Mohamed Maarouf Dafali est Vice-Président du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain.

Docteur d’état en Histoire moderne, il enseigne actuellement à la Faculté de Lettres de Ain Chock.

 

Droits des femmes et combat démocratique au Maroc

Latifa El Bouhsini

La question des droits des femmes a constitué un des leviers du combat pour la construction d’un Etat indépendant et démocratique. L’évolution progressive de la situation des femmes notamment dans des domaines tels que l’éducation et l’emploi salarié a contribué à l’émergence d’une élite militante féministe qui a réussi à positionner cette question au cœur de l’agenda relatif au développement. Par ailleurs, l’expérience marocaine des luttes pour la reconnaissance de l’égalité femmes hommes a démontré que cette dernière est tributaire du combat pour la démocratie et les progrès en matière de développement. Les énormes défis que pose la problématique des droits des femmes au Maroc nécessite son inscription dans une vision plus large et appelle une prise de conscience qui capitalise sur les leçons des différentes expériences précédentes.

Brève histoire du développement.Évolution, critique et dépassement

Reda Benkirane

La notion de développement est intimement liée à la modernisation et à l’édification d’États-nations,eux-mêmes en compétition pour la croissance économique et l’octroi de puissance géopolitique qu’elle confère. Depuis deux siècles, le développement a eu différentes significations, au fur et à mesure qu’ils’est déployé et généralisé, et que ses conséquences immédiates sur les sociétés et l’environnement se sont manifestées. Une brève histoire du développement permet d’appréhender l’évolution de cette notion de frappe occidentale, sa critique par diverses institutions et théories spécialisées et son dépassement à l’heure de l’« alerte rouge pour l’humanité » signalée par les rapports successifs sur le réchauffement climatique d’origine humaine et les conséquences catastrophiques qui se font déjà voir un peu partout : augmentation de la température moyenne,démultiplication des cataclysmes naturels, raréfaction des ressources naturelles, étalement du continent plastique au sein des océans,  élévation du niveau de la mer, disparition de territoires insulaires, inégalités fractales et migrations de populations. A l’échelle mondiale, le défi n’est plus tant d’opter pour d’autres modèles de développement, mais de trouver une alternative viable au développement, à la croissance et aux excroissances engendrées par le primat économique – libre-échange et laisser-faire –, la marchandisation et la consommation infinie.

 

 التنمية السياسية أساس التنمية الشاملة : اطلالة على الرؤية التنموية لدى محمد بن الحسن الوزاني

  محمد معروف الدفالي

يهتم الموضوع باختلاف الاقطاب الرئيسيه للحركة الوطنية في العقدين الأولين لعهد الاستقلال حول الوسائل  والعمليات التنموية القادرة على مواجهة التحديات الجديدة للمغرب المستقل وتحضيره للمستقبل . وبمحاورة اقتراح محمد بن الحسن الوزاني انطلاقا من قناعاته الليبرالية ، استراتيجية الاعتماد على بناء المؤسسات الديمقراطية ، إيمانا منه باولوية التنمية السياسية ، وبقدرتهاعلى فتح المجال لغيرها ، من تنمية اقتصادية واجتماعية ، وكذا دورها في الانفتاح على مداخل الحداثة .والمعاصرة

Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Mesdames, Messieurs, Chers Membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa troisième visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Jeudi 29 Avril 2021 à 12h00 

La conférence a été animée par Madame Mouna Hachim, Femme de lettres, Chroniqueuse et Écrivaine. Auteure du roman “Ben Toumert, ou les derniers jours des Voilés”

Avec la participation de :  

Madame la Professeure Rachida Naciri, Philosophe, Psychopédagogue, Écrivaine et Modératrice de la séance.

 Monsieur le Professeur Mostafa Bouaziz, Professeur Universitaire, Historien et Directeur Scientifique du Centre d’Etudes et de Recherches Mohamed Ait Idder (CERM).

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube.

Avec nos meilleures salutations.

Mouna HACHIM

Née en 1967, Mouna Hachim a fait des études de Littérature française à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Casablanca.

Elle a obtenu un Diplôme d’Etudes Approfondies en Littérature Comparée consacré à La courtoisie française au Moyen Âge avec les quatre premiers troubadours de Langue d’Oc.

Après une expérience professionnelle en communication interne dans une grande institution bancaire, elle s’oriente vers la presse et collabore dans plusieurs publications nationales.

C’est en 2004 qu’elle publie son premier roman, Les enfants de la Chaouia, une saga familiale étendue sur trois générations, envisagée comme un microcosme de la société marocaine en pleins bouleversements depuis le début du XXe siècle.

En 2007, elle a également auto-édité un travail d’érudition, le Dictionnaire des noms de famille du Maroc dont une édition revue et augmentée est parue en 2012 chez les Éditions Le Fennec.

Parallèlement, elle poursuit sa contribution dans les médias notamment à travers une chronique quotidienne sur Radio Atlantic et une, hebdomadaire, au Journal l’Economiste intitulée Chroniques d’hier et d’aujourd’hui.

Par ailleurs, elle présente sur la base de ses recherches, un documentaire historique en quatre épisodes sur la chaîne Médi 1 TV, en juillet 2014, sous le titre Triq Al-Asl (La Route des Origines).

Membre du jury du Prix littéraire Mamounia pendant trois années consécutives, elle participe à l’ouvrage collectif Ce qui nous somme, édité par La Croisée des chemins en réaction aux attentats de Paris de 2015.

Elle a également publié, en avril 2016, son ouvrage Chroniques insolites de notre histoire (Maroc, des origines à 1907) qui effectue une relecture décalée par rapport aux récits officiels et manuels scolaires réédité en France par Erick Bonnier Editions en septembre 2018 sous le titre Histoire inattendue du Maroc.

Chez le même éditeur, elle publie en septembre 2019, un roman historique qui se déroule à la fin XVIe siècle et début du XVIIe siècle entre l’Europe et le Maroc, basé sur des événements et personnages réels, intitulé “Les manuscrits perdus”.

Sa nouvelle production est un roman consacré à la chute de la dynastie almoravide vue par des femmes, Ben Toumert ou les derniers jours des Voilés, paru aux éditions La Croisée des chemins à Casablanca.

Rachida NACIRI

Professeure de Philosophie , de Psychopédagogie , Communication – écrivaine

Pr. Rachida NACIRI issue d’une famille très à cheval sur traditions oujdies et valeurs marocaines. Son environnement parental lui a inculqué discipline et rigueur avant même ses premiers pas à l’école primaire Victor Hugo ou au lycée Omar Ibn Abdelaziz d’Oujda, en passant par le collège Pierre et Marie Curie. Après avoir décroché le baccalauréat (Mission universitaire et culturelle française), avec Mention, elle obtint une licence de philosophie, suivie d’un diplôme de 3ème cycle en Psychopédagogie.

Professeur-chercheur au Centre National de Recherche pour l’arabisation, elle a compilé dictionnaires de Psychologie et de psychanalyse en français, latin, espagnol en vue de leur traduction en arabe. Plus tard, professeur de psychopédagogie notamment aux Centres Pédagogiques Régionaux (CPR), ENS de Casablanca et Agadir, elle a formé des professeurs, inspecteurs, proviseurs en formation initiale ou continue. Elle a également formé plusieurs promotions de personnel de la Santé Publique.

Elle a participé à la conception et à la mise en oeuvre de différents référentiels de formation destinés au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres. Ses publications traitent de différents thèmes tels que « l’apprentissage », « l’adolescence », « l’écoute », « les représentations », « apprendre à apprendre », « le bilinguisme », « l’adolescent », « les délinquances », « les déperditions scolaires », « les modes d’apprentissage », « les compétentes », « le développement personnel »…

Parallèlement elle a toujours oeuvré dans le contexte de la société civile en s’impliquant dans les instances associatives.

Par ailleurs, depuis son adolescence, Rachida a évolué au rythme des sports et des marathons thématiques comme la course féminine “Courir pour le plaisir” ou encore le marathon “Courir contre l’oubli”…

Son débordement d’énergie, la diversité de ses activités, ses compétences, son abnégation dans le travail et sa volonté de toujours donner plus ont été reconnus et récompensés par la

décoration Royale qui lui a été décernée en juillet 2004: « وسام الاستحقاق الوطني من الدرجة الممتازة »

Elle a assisté et activement participé  à des rencontres francophones lors d’un séjour prolongé aux USA. Elle a aussi participé au congrès de l’association « Africa Femmes Performantes ».

Ouvrages :

  • Nanna ou les racines, éd. L’Harmattan-Paris, 2011.
  • Appels de la médina tome 1, éd. L’Harmattan-Paris, 2013.
  • Appel de la médina tome 2, éd. L’Harmattan-Paris, 2014.

 

Mostafa BOUAZIZ

Historien, titulaire d’un Doctorat d’Etat à l’Université Paris I Panthéon –Sorbonne et d’un diplôme de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Il est actuellement Professeur de l’Enseignement Supérieur à l’université Hassan II de Casablanca. Il est également Conseiller scientifique de la revue Zamane et membre fondateur de l’Association Marocaine de la recherche historique.

Mostafa Bouaziz a contribué à la rédaction de plusieurs articles dans la presse marocaine et est aussi l’auteur de plusieurs livres et ouvrages dont : Aux origines de la Koutla démocratique (éditions de la Faculté des lettres Aïn Chok, 1997).

.من مواليد مدينة فجيج سنة 1951 .متزوج وأب لولدين. وصاحب مؤلفات عديدة باللغتين العربية والفرنسية

.خريج المدرسة العليا للعلوم االجتماعية بباريس سنة 1981

دكتوراه السلك الثالث في التاريخ بجامعة السربون سنة 1987

.شهادة التأهيل لإلشراف على البحوث “HDR “سنة 2005

دكتوراه دولة في العلوم االجتماعية من جامعة الحسن الثاني سنة 2009

“CM2S”مدير المركز المغربي للعلوم االجتماعية  من 2014 إلى 2017

أستاذ المناهج التاريخية والتاريخ المعاصر المغربي من 1982 إلى 2017

.CERM مدير علمي بمركز محمد بن سعيد أيت يدر لألبحات والدراسات

.2016 مستشار علمي لمجلة زمان المهتمة بعلم التاريخ من 2010 إلى

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Focus sur “Ben Toumert ou les derniers jours des voilés” avec Mouna Hachim, Medi 1 TV, 22 mars 2021

Mouna Hachim raconte la chute des Almoravides, vue par des femmes

 

Dans son dernier roman historique Ben Toumert ou les derniers jours des Voilés, Mouna Hachim relate la chute de l’empire Almoravide à travers la vie de trois princesses.

Par 

Pour Mouna Hachim, Ibn Toumert “a un côté savant et ascète, et puis une face sombre, sanguinaire à explorer”. Crédit: DR

Consulter l’article complet.

Mots d’accueil de Mme la Présidente Houria Ouazzani à l’occasion de la visioconférence du Jeudi 29 avril 2021 avec Mouna HACHIM, Rachida Naciri et Mostafa Bouaziz.

Au nom du CENTRE MOHAMED HASSAN OUAZZANI POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT humain, j’ai le plaisir d’accueillir pour cette visioconférence 3 personnalités dont nous avons déjà pu apprécier la qualité et la profondeur de leurs propos et de leurs écrits lors de précédentes conférences et colloques.

Aujourd’hui, nous avons le privilège de proposer un débat sur le Rapport entre Roman et Histoire à l’occasion de la sortie du nouveau livre de Madame Mouna HACHIM Ben Toumert ou les derniers jours des voilés.

Nous la remercions d’avoir accepté notre invitation à venir présenter ce nouveau roman historique qui comme toutes ses publications antérieures interpellent les connaissances historiques, mais surtout incitent à une réflexion sur les valeurs et les pratiques qui marquent et agitent les sociétésau fil du temps ; la période actuelle est particulièrement perturbée par la perte de repères identitaires ; les populations sont  attirées par des modèles réducteurs d’organisation de la société et par des modes d’expression et de croyances qui ignorent la nuance, le pluralisme et la tolérance qui font la richesse d’une civilisation.

Dans ce nouveau roman historique, fondé sur des événements et des personnages réels, on est amené à se poser des interrogations très actuelles concernant les ravages du dogmatisme et le drame d’une Foi entachée par l’extrémisme. En plus dans cette fresque médiévale, les femmes jouent un rôle inattendu et très touchant !

De nos jours, on parle de régression pour caractériser la réception d’idéologies totalitaires qui détournent la religion de sa finalité essentielle : vivre ensemble avec tous les êtres de la création, ce qui implique la reconnaissance de l’autre, de sa légitimité à exister, en un mot la tolérance. Notre pays n’est-il pas réputé pour pratiquer, à quelques exceptions près, la tolérance en matière religieuse ?

La richesse de notre histoire, la variété des vécus des populations de l’espace maghrébin depuis les temps les plus anciens jusqu’au début du 20e siècle, ont été relatés par Madame Mouna Hachim lors d’une conférence –débat que nous avions organisée en novembre 2016 ; elle nousavait proposé « Une Nouvelle lecture de l’histoire du Maroc », en commentaire de sa vaste étude intitulée avec modestie « Chroniques insolites de notre Histoire, Maroc, des origines à 1907. (conférence-débat qui peut être consultée sur notre site).

Pour dialoguer avec notre auteure, nous avons invité Madame la Professeure Rachida Naciri, qui en plus de ses nombreuses publications scientifiques, aussi bien philosophiques que psychopédagogiques, est l’auteur de plusieurs romans. (Toutes les références sont aussi disponibles sur le site internet de notre Centre). Madame Rachida Naciri nous a apporté à plusieurs reprises ses contributions à nos débats. D’abord, elle a proposé une passionnante analyse sur L’approche genre au Maroc : acquis et perspectives, en mars 2018 ; elle a ensuite modéré une conférence animée par trois conférencières algériennes sur La migration illégale en provenance des pays du Sahel et sa répercussion sur les zones de transit en Afrique du Nord, le 20 novembre 2019.( Conférence disponible sur notre site dans son intégralité).

Etant donné la réflexion proposée aujourd’hui sur l’apport du « Roman Historique », nous sommes très reconnaissants au Professeur Mostafa Bouaziz, d’avoir accepté d’apporter ses commentaires  d’historien. Historien sensible aux perspectives de longue durée, Mostafa Bouaziz, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du Maroc, notamment sa récente publication en 2 volumes sur Les nationalistes marocains au 20e siècle qu’il a présentée dans notre Centre le 23 janvier 2020, conférence accessible en ligne sur notre site web. En plus, Professeur Bouaziz s’est révélé en tant que chroniqueur et éditorialiste passionné des enjeux actuels du devenir de la société, notamment par ses contributions régulières pendant des années dans la revue mensuelle ZAMAN. Il s’est aussi distingué par ses nombreuses interventions lors de nos conférences et colloques toutes disponibles en libre accès sur notre site. Professeur Mostafa Bouazizest donc tout indiqué pour contribuer avec perspicacité et comme toujours avec finesse au débat littéraire et historique que suscite le livre de Mouna Hachim.

J’attends donc avec impatience, malgré une présence virtuelle due aux circonstances sanitaires, les idées et les analyses que nous présentera notre romancière et historienne, Madame Mouna Hachim, écrivaine de talent, passionnée d’histoire, ainsi que les commentaires de nos deux brillants universitaires, investis tous les deux dans la compréhension des évolutions de la société marocaine.

Merci encore à tous les intervenants ainsi qu’aux participants à distance pour leur intérêt et leur partage au cours de cette séance.

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

La pandémie, accélérateur de développement des soft skills en milieu professionnel ?

Mesdames, Messieurs

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa deuxième visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

La Pandémie, accélérateur de développement des Soft Skills en milieu professionnel ?

Le Vendredi 26 Mars 2021 à 19h30 

La conférence a été animée par Madame Maha StelateCollaboratrice Scientifique du CMHO et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion.

Avec la participation de :  

Madame Hajar Elguor, Responsable RH, Formatrice et Coach.

 Madame Nora Benjalloun, Manager Commercial Senior et auditrice Certifiée en ISO 9001-2015.

 Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube.

Avec nos meilleures salutations.

Maha STELATE

Maha Stelate est Collaboratrice Scientifique au sein du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion au sein du Laboratoire de Recherche : Gestion des Compétences, de l’Innovation et des Aspects Sociaux des Organisations et des Economies (GECIAS) – FSJES Ain Chock – Université Hassan II de Casablanca.

Hajar ELGUOR

Responsable Ressources Humaines, dans des sociétés de différents secteurs(Industries& Services).

Coach Praticienne Certifiée de L’académie du Potentiel Illimité de Montréal.

Enseignante Universitaire Vacataire au sein de L’université Ibnou Tofeil de Kénitra.

Chroniqueuse à -LE MATIN EMPLOI-

Formatrice RH & Communication.

Lauréate d’un Master Spécialisé en Ingénierie des Ressources Humaines & Développement Social.

Nora BENJALLOUN

Nora BENJALLOUN est Manager Commercial Senior au sein d’un organisme de contrôle technique agrée du bâtiment et travaux publics et titulaire d’un MBA en ingénierie et management du projet, elle cumule 8 ans
d’expérience professionnelle.

Etant très attirée par le domaine managérial commercial, elle a fortement cultivé un intérêt particulier pour les techniques commerciales et de négociation du haut niveau pour définir la stratégie commerciale de l’entreprise.

Etant passionnée notamment par l’esprit d’organisation et d’analyse, sa formation en tant qu’auditrice certifiée en ISO 9001-2015 lui a donné une qualification dans ce domaine, lui a permis d’enrichir et d’approfondir ses
connaissances sur le terrain; ce qui a contribué à forger ses compétences et à mettre à l’épreuve ses qualités relationnelles et son professionnalisme.

Formatrice en Management et ingénierie du projet, elle conduit ses actions de formation auprès d’adultes salariés ou demandeurs d’emploi pour une mise à jour des connaissances ou pour un nouvel apprentissage.

La pandémie, accélérateur de développement des soft skills en milieu professionnel ?

La crise sanitaire a donné un autre sens au milieu professionnel, cette dernière a révélé l’importance et la performance des « Soft Skills » dans la dimension relationnelle du travail managérial.

Pour ce faire, les directions et les managers ont porté un focus particulier sur ces compétences pour surmonter les nombreuses situations liées à l’organisation.

Il s’agit des compétences humaines et comportementales qui demeurent le meilleur investissement sur le long terme.

Ils apparaissent de plus en plus comme des éléments essentiels pour surfer sur la vague de l’environnement de l’entreprise et s’adapter au mieux particulièrement au contexte de situation actuelle.

Notre intervention porte sur les soft-skills les plus demandées dans le milieu professionnel. Comment peut-on les diagnostiquer lors des recrutements, notamment dans le contexte actuel ? Quelles sont les conditions d’une communication à distance réussie? Comment le sens de l’adaptation peut-il servir l’entreprise sur le long terme, et faire de l’esprit d’équipe un moteur de performance ?

La pandémie, accélérateur de développement des Soft Skills en milieu professionnel ?

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Mesdames, Messieurs

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa quatrième visioconférence intitulée :

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces 

Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Le Jeudi 10 Décembre 2020 à 17h30 

 

La conférence a été animée par Monsieur Reda BENKIRANE, Sociologue et Chercheur associé CCDP/IHEID, Suisse  

Avec la participation de :  

Madame Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI, Professeure de Classe Exceptionnelle en Sorbonne Université, Faculté des Sciences et d’Ingénierie.

Monsieur Guevara NOUBIR, Professeur à Northeasthern University, Boston, USA.

Monsieur Amine BENJELLOUN, Consultant Senior en Transformation des Organisations et des Territoires.

Monsieur Rida LARAKI, Directeur de Recherche au CNRS Paris et Professeur à l’université de Liverpool.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube. 

Avec nos meilleures salutations.

Reda BENKIRANE

Reda Benkirane est sociologue, docteur en philosophie et consultant international à Genève. Chercheur associé au Centre sur les conflits, le développement et la paix (CCDP) de l’Institut de hautes études internationales et du développement (Genève, IHEID), et membre de l’Institut de recherches philosophiques de Lyon (université Lyon 3), il a mené, depuis une trentaine d’années, d’importantes recherches appliquées et de terrain dans les domaines de l’urbanité, de la complexité, de l’islamité et de la radicalité.

http://www.archipress.org/reda/

Livres 

Islam, à la reconquête du sens, Paris, Le Pommier, 2017, à paraître Casablanca, La Croisée des Chemins, 2021

Démographie et géopolitique. Étude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, Hermann, 2015.

La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences, Paris, Le Pommier, 2002, 2006 et 2013.

Le Désarroi identitaire. Jeunesse, arabité et islamité contemporaines, préface de Salah Stétié, Paris, Cerf, 2004 ; Casablanca, La Croisée des Chemins, 2012.

Articles et entretien en lien avec la sphère numérique

Coronavirus, couronnement des sociétés sécuritaires, Politis, 12 juin 2020

https://www.politis.fr/articles/2020/06/coronavirus-couronnement-des-societes-securitaires-42024

http://mohamedhassanouazzani.org/coronavirus-une-analyse-de-reda-benkirane/

سياسة الوباء في عهد المجتمعات الأمنية
http://mohamedhassanouazzani.org/coronavirus-une-analyse-de-reda-benkirane/#1459958412083-252f22b3-80ae

Pandémie : entre Etats-plateformes et pouvoirs semi-totalitaires. Conversation avec Pierre Lévy, vidéoconférence, 26/06/2020, 93 minutes https://iqbal.hypotheses.org/6584 

YouTube:  https://youtu.be/-4tki0nrtRg

The Alchemy of Revolution: The Role of Social Networks and New Media in the Arab Spring, Geneva Centre for Security Policy, GCSP Policy Paper 2012/7

https://www.archipress.org/docs/pdf/Alchemy_of_Revolution_RBenkirane.pdf

Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI

Professeure de Classe Exceptionnelle en Sorbonne Université. Faculté des Sciences et d’Ingénierie…Lire la suite

Guevara NOUBIR

Guevara Noubir is a Professor at Northeastern University. His research interests span a range of problems on the theory and practice of privacy, security, and robustness in networked systems.  Dr. Noubir holds a PhD in CS from EPFL and MS in CS (diplôme d’ingénieur) from ENSIMAG, France. He held research and visiting positions at CSEM SA, EPFL, Eurecom, MIT, and UNL. Professor Noubir received several research awards including the US National Science Foundation CAREER Award, Google Faculty Research Award on Privacy, multiple best paper awards, and led award winning teams in several competitions including the DARPA Spectrum Collaboration Challenge (SC2).

Publications: https://www.ccs.neu.edu/home/noubir/publications.html

Amine BENJELLOUN

Consultant Senior en développement international et innovation, investi pour une meilleure gouvernance RSE en Afrique par la réalisation de projets inclusifs de la jeunesse diplômée… Lire la suite

Rida LARAKI

Rida Laraki est directeur de recherche au CNRS au Lamsade (Université Paris Dauphine)). De 2006 à 2017, il a été professeur à l’École Polytechnique et depuis 2017, il est professeur à l’université de Liverpool. Ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique de la région Parisienne (1996), il est docteur en mathématiques de l’université Pierre et Marie Curie (2000). Ses travaux de recherche portent sur la théorie des jeux, le choix social, l’économie théorique, l’optimisation, l’apprentissage et la recherche opérationnelle.

Rida est connu pour son travail sur le jugement majoritaire, un mode de scrutin qu’il a inventé avec Michel Balinski. Celui-ci a fait l’objet d’un livre publié chez MIT Press en 2011. Il a organisé le séminaire hebdomadaire en théorie des jeux à l’Institut Henri Poincaré de 2001 à 2018 et a organisé de nombreux colloques et conférences internationales.

Rida Laraki est éditeur associé dans plusieurs revues scientifiques, est responsable du programme doctoral d’informatique à l’université Paris Dauphine, a été responsable du groupe SMAI-MODE. Il est membre élu du conseil de la Game Theory Society et du conseil d’administration de la SMAL.  Enfin, il a co-fondé en 2018 avec Chloé Ridel l’association « Mieux Voter ».

https://sites.google.com/site/ridalaraki/

 

LIVRES

Laraki R.,  J. Renault and S. Sorin (2019) Mathematical Foundations of Game TheorySpringer.

Balinski M. and R. Laraki (2011) «Majority Judgment: Measuring Ranking and Electing»MIT PressEndorsements.

Laraki R.,  J. Renault and S. Sorin (2013) «Bases Mathématiques de la Théorie des Jeux»Editions de l’Ecole Polytechnique.

Laraki R.,  J. Renault and T. Tomala (2006) «Théorie des Jeux: Introduction à la Théorie des Jeux Répétés». Journées Mathématiques XUPS. Editions de l’Ecole Polytechnique.

Articles Grand Publique 

Balinski M., R. Laraki (21 Avril 2016). Pour éviter un nouveau 21 avril, instaurons le « jugement majoritaire »The Conversation (relayé par MarianneFrance Inter, Sud-Ouest).

Avec l’association Mieux Voter (5 Avril 2018). “L’urgence de Mieux Voter“. Libération.

R. Laraki, P. Moritzand C. Ridel (15 Avril 2019). “Réinventer le référendum“. AOC (Analyse, Opinion, Critique).

R. Laraki and C. Ridel(25 Mai 2019). “Pas d’issue pour le Brexit? Le jugement majoritaire peut résoudre le problème“. Variance.eu

R. Laraki (2 Novembre 2020). “Aux États-Unis, le problème est le scrutin majoritaire, pas le collège électoral“.The Conversation.

 

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Reda Benkirane

Une des principales conséquences de la pandémie du Covid19 est le fait que l’humanité a complètement basculé dans le numérique. Depuis le début de la crise sanitaire, partout dans le monde, les plateformes numériques ont assuré l’essentiel de nos activités économiques, sociales et culturelles. Travail et enseignement à distance ont été consacrés au cours de l’année 2020…mais aussi traçage et contrôle des individus, surveillance des populations en phase de confinement. D’un côté, toute une économie de la connaissance s’est mise en place, de l’autre, un capitalisme cognitif/culturel ainsi que toutes sortes de pollution affectent les individus autour de la captation de leur attention et de la manipulation de leurs pulsions et de leur psyché. Les technologies de l’information et de la communication promettaient la fin des servitudes concernant l’accès à la connaissance, mais elles peuvent tout autant être utilisées pour miner la démocratie – là où elle régnait jusque-là – et pour renforcer l’autoritarisme et le contrôle grégaire des masses. Comment appréhender le numérique en tant que pharmakon, c’est-à-dire à la fois comme remède et poison, dans ses usages et mésusages au sein de sociétés complexes et sophistiquées ?

Qu’est-ce qui dans l’infotechnologie favoriserait l’intelligence collective, l’accroissement et le partage du savoir, la sauvegarde de l’environnement et des ressources naturelles, la promotion de la démocratie et l’humanisme planétaire ? Qu’est-ce qui est potentiellement toxique pour les individus, les abêtit individuellement et collectivement en tant que bétail cognitif ? L’intelligence artificielle permise par l’essor du numérique va-t-elle triompher en l’humain en le fonctionnalisant en automate comme un autre ? Comment faire pour protéger nos données personnelles qui font les mégadonnées expropriées et exploitées maximalement dans une économie numérique où une poignée d’entreprises fonctionnent en Etats-plateformes autrement plus puissants que les Etats-nations ? Y a-t-il des limites cognitives et psychologiques mais aussi sociétales et environnementales à l’exploitation de ces mégadonnées et à l’emprise de l’infotechnologie sur les sociétés du 21e siècle ? A l’instar des fumées noires des cheminées de la révolution industrielle, se pourrait-il que les algorithmes de la révolution numérique génèrent des pollutions encore mal identifiées, du côté du monde mental, de l’attention profonde et en prise directe avec la psyché et ses impensés ?

Comment les sociétés peuvent-elles agir de manière à changer notre rapport à ce numérique invasif et totipotent et concourir à assurer la viabilité de l’avenir ?

Qu’en est-il pour un pays comme le Maroc, avec tout son potentiel mais aussi son niveau de développement humain somme toute relativement bas ? Le numérique réduit-il ou au contraire renforce-t-il les inégalités économiques et l’autoritarisme politique ? Permet-il à l’Etat une gestion efficiente et à la société civile de s’exprimer, de s’émanciper, de prospérer et de prendre en main sa destinée ? Quelles promesses et quels risques se profilent derrière le numérique pour les pays arabes et africains après les révoltes sociales et la répression/régression qui s’en est suivie ?

C’est ce que nous nous proposons d’aborder et d’approfondir avec des chercheurs de pointe qui sont aussi de fins observateurs de la sphère numérique et des transformations technologiques et sociétales dont elle est porteuse depuis plus d’un quart de siècle.

Mots-clés : algorithme, intelligence artificielle, méga données, fake news, post-vérité, révoltes sociales, GAFA, cryptographie, algorithme, sécurité, surveillance, contrôle, démocratie, révolutions sociales, droits humains, droits numériques, (trans)humanisme, société du savoir.

Aux origines de l’IA, les questions ouvertes : qui parle/joue ? et à/de qui ? *

 

On peut trouver au cœur du texte fondateur de l’intelligence artificielle présents les principaux traits ambivalents de la sphère numérique : confusion et profusion discursive, ambiguïté et jeu autour de l’intelligence et du genre

La mesure des progrès de l’intelligence artificielle (IA) est généralement examinée à travers le « test de Turing». Le logicien britannique Alan Turing a écrit en 1950 un article paru dans une revue de psychologie et de philosophie qui est considéré comme le fondement théorique de l’IA. Dans cet article, il pose tout d’abord la question de savoir si les machines peuvent penser, et comment alors définir la « machine » et la « pensée ». Puis il établit au travers du « jeu de l’imitation » un dispositif composé de trois acteurs : un homme A, une femme B et un interrogateur C. L’interrogateur C, qui n’est pas dans la même pièce que les deux autres, leur pose des questions au travers d’un échange dactylographié. Le jeu de l’imitation commence quand Turing pose la question de savoir ce qui se passerait si une machine prenait le rôle de l’homme A dans la poursuite des questions-réponses avec l’interrogateur C.

Cet article a fait l’objet de très nombreuses exégèses, son ambiguïté ne concerne pas seulement la confusion entre homme et machine, mais la confusion des sexes. La question du sexe des joueurs du jeu de l’imitation intervient à plusieurs reprises puisque Turing imagine la possibilité « de faire jouer à O [l’ordinateur] le rôle de A [l’homme] dans le jeu de l’imitation, le rôle de B [la femme] étant tenu par un homme ». Dans ce même article, un paragraphe intitulé « L’objection théologique », il va même jusqu’à demander « Comment les chrétiens considèrent-ils l’opinion musulmane : « Les femmes n’ont pas d’âme ? » »

Pour Alan Turing (homosexuel dans une Angleterre puritaine et conservatrice), le jeu de l’imitation met en scène l’ambivalence de l’intelligence et de la sexualité comme il l’exprimera au travers d’un paradoxe logique peu avant de mourir tragiquement :

« Turing pense que les machines pensent. Turing ment aux hommes (lies with men). Donc les machines ne pensent pas. »

Il faut savoir qu’Alan Turing fut arrêté en 1952 pour « délits sexuels avec un jeune homme » et condamné à une castration chimique. Il a fini par se suicider par empoisonnement au cyanure.

Cf. Alan TURING, « Computing Machinery and Intelligence », Mind, vol. LXI, n. 236, 1950, (URL:

http://mind.oxfordjournals.org/content/LIX/236/433). Ce texte est paru en français, « Les ordinateurs et l’intelligence », traduit par Patrice Blanchard, paru dans La Machine de Turing, Paris, Seuil, 1999, pp. 134-175.

* Note extraite de Reda Benkirane, Islam, à la reconquête du sens, Paris, Le Pommier, 2017, p. 224.

Le numérique n’est pas neutre, Quid de l’éthique dans la sphère numérique

Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI

Leviers de Motivation et de Gouvernance, des Pouvoirs Numériques en Entreprise: Enjeux, Progrès et Risques

Amine BENJELLOUN

Je prend très au sérieux cette conférence et travaille à un contenu innovant, pertinent, intelligible au plus grand nombre et proposant un ensemble de pistes de solutions correctives/alternatives, à l’approche systémique du développement portée aujourd’hui, par les politiques publiques et les stratégies des grands groupes tenant le leadership de l’économie mondialisée.

Le numérique peut promouvoir autant le confort que la toxicité, la justice que l’exclusion, la praticité que la complexification.

En un mot : l’exercice de la citoyenneté ne saurait devenir une compétence. elle doit demeurer pour chacune et chacun d’entre nous, un droit et une responsabilité.

Il y a une dimension trop peu considérée à ce jour, celle de la gouvernance de l’avènement et de l’appropriation numérique. Ce n’est pas seulement une question de compatibilité au quotidien, mais un enjeu majeur pour l’humanité, puisque le numérique est parvenu à un taux de pénétration de notre milieu, pour nous poser désormais question, par son indéniable dimension CIVILISATIONNELLE.

Ainsi, de même qu’il existe des institutions de gouvernance du droit (Conseil Constitutionnel), de l’information (Conseil de l’Audiovisuel), des transformations sociétales à travers le progrès et le vivant (Conseil économique, social et environnemental) ou encore de l’éthique (Conseil de l’éthique scientifique), il nous faut aujourd’hui songer très sérieusement à installer une institution de gouvernance de l’avènement et de l’appropriation numérique et laquelle, dirait le droit, l’opportunité et la sécurité collective à l’aune de l’intégration d’une nouvelle technologie dans notre vivre ensemble.

Voici, les premières considérations suscitant l’intérêt, les échanges et les enjeux de ce que nous sommes entrain de valider par une adoption silencieuse dans nos modes de vies, sans toujours mesurer l’impact pas seulement communicationnel, de ce qui est entrain de profondément les transformer.

Je témoignerai également de situations concrètes vécues, de transformations d’organisations et de territoires, de l’Académie d’Excellence de l’avionneur Airbus aux États Généraux de l’Alimentation ou encore l’intégration de modèles innovants dans l’économie rurale africaine, que j’ai eu l’honneur de diriger et les impacts multiples et notamment psycho-sociologiques de ces progrès, pas toujours simples à maîtriser.

 

 

Comment les mathématiques et l’informatique peuvent améliorer la démocratie

Rida LARAKI

La démocratie est en crise. Les citoyens Européens, Américains, Anglais, Suisses ou encore Marocains éprouvent une méfiance croissante à l’égard des mécanismes utilisés pour élire leurs représentants et organiser des référendums. Ces mécanismes sont injustes et manipulables. De plus, ils peuvent produire des résultats électoraux polarisants – par opposition à consensuels. Par exemple, les référendums binaires qui offrent deux options de réponses : oui-non peuvent conduire à une ambiguïté d’interprétation et donc à une division au lieu de donner des instructions claires à l’exécutif (e.g. le Brexit).

Une démocratie qui fonctionne commence par une élection qui fonctionne. Pour engager les électeurs dans le processus politique et obtenir un mandat plus clair, le vote doit être exprimé d’une manière optimale. Pour renforcer la confiance des électeurs dans le système, le vote doit être juste et résistant aux manipulations.

Motivée par ces principes démocratiques, la présentation vise à démontrer que :

A) Les mathématiques aident à concevoir de nouveaux mécanismes de vote qui sont justes, robustes et possibles. Nous développerons deux exemples: le jugement majoritaire (où les électeurs peuvent mieux exprimer leurs opinions complexes en évaluant chaque option dans une langue commune de notes, telles que «Excellent», «Très bien», «Bien, «Acceptable», «Insuffisant», «Rejeter».) et le système bi-proportionnel (qui nécessite un algorithme complexe pour calculer ses résultats mais qui est néanmoins devenu la loi dans plusieurs Cantons en Suisse).

B) Le numérique est important à différents niveaux pour garantir le bon fonctionnement de la démocratie et notamment la mise en place :

1)  d’une plateforme de votes qui permet aux électeurs de voter facilement et d’obtenir rapidement les résultats;

2) d’un algorithme efficace pour calculer et représenter les résultats;

3) d’une double sécurité : anonymat du vote et intégrité des résultats (cryptographie, blockchain).

4) d’une transparence, notamment des codes sources et d’un contrôle citoyen et juridique à tous les niveaux.

D’autres conditions sont évidement nécessaires pour garantir le bon fonctionnement d’une démocratie : l’éducation depuis le jeune âge (école, université), les institutions juridiques, un contrôle populaire, des médias indépendants, transparence du financement politique, etc.

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles.

Présentation PPT de Professeur Rida LARAKI

Voir la version PDF

Comment se réinventer en tant que Citoyens pour une Société Innovante et Compétitive?

Mesdames, Messieurs

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa première visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

Comment se réinventer en tant que Citoyens pour une Société Innovante et Compétitive?

 Jeudi 11 Février 2021 à 17h30 

La conférence a été animée par Maha STELATE, Collaboratrice Scientifique du CMHO et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion.

En collaboration avec L’Blane for Développement et avec la participation de :

Samia GHMIMED, Junior Manager de Construction à S.M Bureau d’études techniques, Conseillère en Orientation Scolaire, Universitaire et de Carrière, et Secrétaire Générale de L’blane for Developement.

Youssef STELATE, Ingénieur IT à la Commission Nationale de Contrôle de Protection des Données à Caractère Personnel (CNDP), CTO à Hydrobarley, et Président de L’blane for Development.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance disponible sur notre chaîne YouTube.

Avec nos meilleures salutations.

Maha STELATE

Maha Stelate est Collaboratrice Scientifique au sein du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion au sein du Laboratoire de Recherche : Gestion des Compétences, de l’Innovation et des Aspects Sociaux des Organisations et des Economies (GECIAS) – FSJES Ain Chock – Université Hassan II de Casablanca.

 

Comment se réinventer en tant que citoyens pour une société innovante et compétitive ?

Le dramaturge Irlandais Georges-Bernard Shaw avait dit que « dans la vie, il y a deux catégories d’individus : ceux qui regardent le monde tel qu’il est, et se demandent pourquoi. Et ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être, et qui se disent : pourquoi pas ? ». Au Maroc, le peuple a choisi depuis un bon moment de se caser dans la première catégorie passive, alors que seule une minorité qui semble ambitieuse et qui s’inscrit dans la deuxième case, celle des citoyens actifs, producteurs, et prêts à explorer le Monde et en faire un paradis.

Cet écart entre des gens vivant dans un même territoire nous pousse à se demander si jamais ce peuple pourrait un jour éclore de cette zone de confort, et de nous donner un exemple de réponse à notre question : Comment est-ce qu’un peuple pourrait se réinventer en tant que citoyens pour une société innovante et conséquemment compétitive ? Lire la suite…

Mohamed Hassan Ouazzani : Combat pour la Souveraineté, la Démocratie, la Liberté, la Dignité et la Justice (Choix de textes et Commentaires)

Mesdames, Messieurs

Pour sa troisième visioconférence, à l’occasion de la 41ème commémoration du décès de Mohamed Hassan Ouazzani (1910-1978) et à l’occasion de la journée internationale de la démocratie, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a organisé le Vendredi 23 octobre 2020 à 17h30 une visioconférence intitulée :

Mohamed Hassan Ouazzani : Combat pour la Souveraineté, la Démocratie, la Liberté, la Dignité et la Justice

(Choix de textes et Commentaires)

Avec la participation de :  

Monsieur Abdelaziz KARRAKY, Professeur et Vice Doyen de la FSJES Souissi de Rabat.

Monsieur Abdallah SAAF, Professeur de Sciences Politiques et Directeur du Centre d’études sur la recherche en sciences sociales (CERSS).

Madame Olivia HOLMBERG LUCE, Docteure en Histoire de l’Université d’Oxford.

Monsieur Mohamed CHIKER, Docteur et Chercheur en Sciences Politiques.

Monsieur Driss ELGANBOURI, Penseur, Écrivain et Chercheur.

Monsieur Antoine FLEURY, Professeur ém. Histoire des Relations Internationales – Université de Genève.

Nous vous remercions d’avoir suivi ladite visioconférence qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube et d’avoir participé au débat.

Avec nos meilleures salutations.

Abdelaziz KARRAKY

عبد العزيز قراقي

أستاذ العلوم السياسية بجامعة محمد الخامس

نائب عميد كلية العلوم الاقتصادية والاجتماعية السويسي مكلف بالبحث العلمي والتعاون والشراكة

عضو الشبكة العربية لدراسة الديمقراطية

عضو مركز الأبحاث والدراسات في العلوم الاجتماعية

عضو مؤسس للمجلة المغربية للعلوم السياسية والاجتماعية

مدير سابق للتنسيق والنهوض بحقوق الإنسان بالمندوبية الوزارية المكلفة بحقوق الإنسان

مدير سابق لبرنامج إدماج حقوق الإنسان في السياسات العمومية

Abdallah SAAF

عبدالله سعف

Abdallah Saaf est professeur de sciences politiques à l’Université Mohamed V Rabat, directeur du Centre d’études sur la recherche en sciences sociales (CERSS), fondateur de l’Association marocaine de sciences politiques, directeur de la revue Abhath Review, et chargé de recherche à la politique. Centre pour le nouveau sud, qui se concentre sur les sciences politiques, les relations internationales, les politiques et les stratégies de développement et les politiques publiques. Le professeur Saaf était membre de la commission chargée de réviser la Constitution en juillet 2011 et membre du Comité scientifique du Forum mondial pour les droits de l’homme.

Le professeur Saaf a été ministre de l’Éducation de 1998 à 2004. Il dirige également une publication annuelle intitulée « Rapport stratégique sur le Maroc » depuis 1995.

Olivia HOLMBERG LUCE, DPHIL, MA, BA

أوليفيا هولمبيرغ لوس

Olivia Holmberg Luce, DPHIL MA BA a reçu son doctorat en histoire de l’université d’Oxford en 2017.  Elle a participé pendant plusieurs années aux conférences et colloques internationaux comme BRISMES et MESA au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.  Désormais, elle s’est lancée dans un projet écologique d’agrotourisme ;elle tire du matériel de sa thèse doctorale sur la migration internationale intellectuelle et culturelle du Nord de l’Afrique à Paris pour situer Mohamed Hassan Ouazzani dans la pensée et l’action anticoloniale des années 30, 40 et 50.

Mohamed CHIKER

محمد شقير

محمد شقير حاصل على دكتوراه الدولة في العلوم السياسية من جامعة الحسن الثاني بالدارالبيضاء ، له مجموعة من الإصدارات من أهمها مؤلف ” الفكر السياسي المغربي المعاصر” ، و”الديمقراطية الحزبية بالمغرب “، و”السلوك الانتخابي بالمغرب” ، و”السلطة والمراسيم السياسية بالمغرب” ، و “السخرية والسلطة بالمغرب”و “المؤسسة الأمنية بالمغرب” ، وا”لنخبة العسكرية بالمغرب”…. بالاضافة إلى عدة دراسات ومقالات حول الشأن الحزبي والسياسي بالمغرب

Driss ELGANBOURI

إدريس الكنبوري

حاصل على الدكتوراه في العقيدة وعلم مقارنة الأديان-

ـ شارك في عدة مؤتمرا وندوات داخل وخارج المغرب

مؤلفات

  • Cara a cara con el diablo : un yihadista francés en tierras del Islam. Editorial Graphicae, Madrid ; 2018.

ـ التكفير خارج النص: نحو تعايش مدني. 2019

ـ الكافرون (رواية) 2018

ـ الرجل الذي يتفقد الغيم (رواية) 2017

ـ وكانوا شيعا: دراسات في التنظيمات الجهادية المعاصرة. 2017

ـ زمن الخوف (رواية) 2015. الطبعة الثانية يناير 2016

ـ صحافة الزمن الغابر في المغرب. 2015

ـ شيوعيون في ثوب إسلامي. 2014

ـ “الإسلاميون بين الدين والسلطة: مكر التاريخ وتيه السياسة” 2013

ـ سلفي فرنسي في المغرب: رحلة الأمير التائه من بيشاور إلى طنجة. الطبعة الأولى دار أبي رقراق ـ الرباط 2009. الطبعة الثانية دار رؤية، القاهرة 2016

 ـ المشروع الأمريكي الإسرائيلي في العالم العربي، خلفيات ومخاطر: الرباط 2003

ـ يصدر له قريبا عن مؤسسة مؤمنون بلا حدود كتاب تحت عنوان: الأسس الدينية والفلسفية لحرية المعتقد في الفكر الأوروبي الحديث

 وله تحت الطبع كتاب بعنوان: مقدمات في الإصلاح الديني: سؤالات المنهج

أعمال جماعية

ـ “الإسلام السياسي في مرحلة ما بعد الربيع العربي” وقائع ندوة عمان، الأردن 2017. منشورات منظمة فريديك إيبرت

ـ “المثقف العربي والتحولات”. المركز العربي لدراسة السياسات. الدوحة، قطر. 2017

ـ “دراسات في أعمال طه عبد الرحمان: إبداع فكري أصيل في التأسيس لنموذج معرفي بديل”(كتاب جماعي). منتدى التجديد الطلابي، الرباط 2012

ـ “مركزية القرآن الكريم في نظرية المنهاج النبوي”(كتاب جماعي ـ وقائع ندوة دولية) إسطنبول، تركيا، 2012

Antoine FLEURY

أنطوان فلوري

Antoine Fleury est professeur émérite de l’Université de Genève où il a enseigné  l’histoire des relations internationales et de l’intégration européenne. Ses recherches et ses publications portent sur l’histoire des relations internationales au XXe siècle, notamment sous l’angle de la coopération que ce soit dans l’entre-deux-guerres – Société des Nations, Plan Briand d’Union européenne – ou après la deuxième guerre mondiale.

Mohamed Hassan Ouazzani et l’internationalisation de la question Marocaine.

Olivia HOLMBERG LUCE, DPHIL, MA, BA

 

Après la première guerre mondiale, parmi beaucoup de régions colonisées, une transformation eut lieu dans la forme et le contenu des critiques de l’impérialisme européen.  De plus en plus, les doléances locales étaient rapportées aux discours globaux sur l’autodétermination, la moralité et même l’illégalité des systèmes de gouvernances impériales en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.

Cette présentation va élaborer la manière dont Mohamed Hassan Ouazzani, étudiant marocain en France, membre du Comité d’action marocaine, va déployer une activité pour dénoncer la politique de la France au Maroc, puis tard en tant que secrétaire général du PDI pour formuler un plaidoyer auprès des Nations Unies ; son rôle majeur dans cette étape de l’internationalisation de la question marocaine sera analysé.  Lié aux milieux activistes estudiantins et coloniaux à Paris, à Genève, au Caire et à Fès, Mohamed Hassan Ouazzani figure parmi les pionniers de la pensée émancipatrice et de l’action anticolonialiste globale.

Sommes-nous face à des effets durables ? Le monde du travail devra-t-il se réinventer ? A quels niveaux et de quelles façons : transformation des métiers et des compétences, reconsidération de la valeur-travail et de sa place dans nos vies, nouveaux modes de gouvernance, nouvelles organisations et nouvelles réglementations… ?

 

Au temps de la misère et de la famine.

Antoine Fleury

Dans le contexte actuel de la crise sanitaire mondiale et de ses conséquences sur les populations, tant au plan social, économique, culturel que politique, j’ai trouvé pertinent de présenter un texte de Mohamed Hassan Ouazzani intitulé Au temps de la misère et de la famine. Il a été publié en mai 1937 dans L’Action du Peuple, le journal que le jeune diplômé de Sciences Po Paris a créé à Fès, en 1933.

Au moment où il publie son analyse, le monde est plongé dans la grande crise économique et sociale des années 1930, aux conséquences funestes qui conduiront au 2ème conflit mondial. Le Maroc, placé depuis 1912 sous le régime de Protectorat imposé par la France qui y pratique en réalité une politique d’exploitation coloniale, subit les contre-coups de la récession mondiale. Sa population affronte « de terrifiantes menaces de misères et de famine » ; ce sont les termes de Mohamed Hassan Ouazzani.

Dans son analyse, Mohamed Hassan Ouazzani dresse un diagnostic rigoureux de la politique française au Maroc ; il adresse aux autorités françaises et à l’opinion publique un appel à des réformes urgentes ; il dénonce les excès d’une administration pléthorique qui hypothèque le budget de l’Etat marocain.  Il en résulte un gaspillage des ressources et un appauvrissement de la population, privée d’une administration qui serait conforme « aux besoins véritables du Maroc ».

Les arguments formulés dans cet article ont gardé, pour plusieurs d’entre eux, une pertinence indéniable par rapport à la crise actuelle, notamment en ce qui concerne l’utilisation des ressources de l’Etat ; ces ressources devraient en priorité être destinées aux populations dont la survie est menacée ; elles devraient être affectées à la sauvegarde d’un avenir « de production et de prévoyance », pour sauver la Nation tout entière.

 

محمد حسن الوزاني وتكريس الهوية السياسية لحزب الشورى والاستقلال

محمد شقير

فيما يتعلق بملخص مداخلتي التي ستكون  بعنوان “محمد حسن الوزاني وتكريس الهوية السياسية لحزب الشورى والاستقلال ” من خلال قراءة في الخطاب الذي ألقي في مؤتمر الحزب بفاس بتاريخ 19/20/21 شتنبر1959، فسيتم التطرق فيها إلى المزايا التنظيمية التي كان ينفرد بها هذا الزعيم، و الذي لم يكن فقط منظرا سياسيا بل أيضا مؤطرا ومنظما سياسيا لحزب الشورى والاستقلال الشيء الذي ينعكس من خلال الخطاب المذكور الذي  أكد فيه على ضرورة أن لا يتم الاقتصار فقط على هيكلة الحزب ووضع ضوابطه التنظيمية من قيادة ولجان وفروع بل ركز فيه أيضا على ضرورة بلورة هوية سياسية للحزب الذي حددها في

ثلاثة مرتكزات أساسية

قومية تحررية رشيدة

ديمقراطية مثلى

اشتراكية تقدمية

                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 محمد بن الحسن الوزاني في مواجهة الاستشراق

ملخص ورقة الدكتور إدريس الكنبوري

تهدف ورقة الدكتور إدريس الكنبوري، التي حملت عنوان “محمد بن الحسن الوزاني في مواجهة الاستشراق”Mohamed Hassan Ouazzani face à l’orientalisme إلى تسليط الضوء على جوانب هامة من فكر المفكر والمناضل والسياسي المغربي الراحل محمد بن الحسن الوزاني رحمه الله لم تحظ بالاهتمام من لدن الباحثين في فكر هذا الرجل العظيم، نعني بذلك مقارعته للاستشراق والمستشرقين الأوروبيين، وخاصة الفرنسيين، ومجادلتهم علميا ومعرفيا لإثبات أن الإسلام بنى حضارة إنسانية قوية ووضع الأسس لبناء الدولة والسلطة وفق قواعد جديدة غير مسبوقة، وذلك ردا على مقولات المستشرقين التي كانت قد انتشرت في فترات الخمسينات والستينات والسبعينات، التي كانت تروج بأن الإسلام لا يعرف الدولة والدستور والنظام السياسي والديمقراطية

وقد قارع الوزاني رحمه الله هذه المقولات الخاطئة، وبين بالحجة والدليل، مواقف الإسلام من هذه القضايا المختلفة، ومن الرق والعبودية والعدل وغيرها من المفاهيم الإنسانية  الكبرى وتنبع قوة طروحات الوزاني في أنه كان مفكرا وعالما من طراز مختلف، فهو خريج التعليم التقليدي في فاس منذ طفولته الأولى، وفي الوقت نفسه خريج التعليم الفرنسي العصري في باريس، فكان على دراية تامة بالثقافة الفرنسية والأوروبية ولغة الاستشراق الفرنسي وقريبا من مناهله ومن رموزه التي كانت تمثله، ولذلك يمكننا القول بأن خير من يمثل حركة التصدي للاستشراق الأوروبي بالمغرب خلال الستينات والسبعينات من القرن الماضي، بل لعله في طليعة من مهدوا السبيل لنقد الفكر الاستشراقي 

Au Temps de la Misère et de la Famine

Antoine Fleury

Professeur ém. Histoire des Relations Internationales – Université de Genève.

Dans le contexte actuel de la crise sanitaire mondiale et de ses conséquences sur les populations, tant au plan social, économique, culturel que politique, j’ai trouvé pertinent de présenter un texte de Mohamed Hassan Ouazzani intitulé Au temps de la misère et de la famine. Il a été publié en mai et en juin 1937, en deux parties, dans L’Action du Peuple, le journal que le jeune diplômé de Sciences Po et de l’Ecole de Journalisme de Paris, a créé à Fès, en 1933. Cet article ne serait qu’un extrait d’un rapport inédit que Mohamed Hassan Ouazzani a rédigé en juin 1935 pour être soumis au gouvernement…Lire le texte intégral

 

محمد حسن الوزاني وتكريس الهوية السياسية لحزب الشورى والاستقلال من خلال قراءة في الخطاب الذي ألقي في مؤتمر الحزب بفاس بتاريخ 19/20/21 شتنبر1959

  د. محمد شقير

دكتور وباحث في العلوم السياسية

يمكن القول بان الزعيم محمد بلحسن الوزاني قد تفرد بمزايا خاصة  في تأسيس و تأطير وتنظيم العمل السياسي . فمحمد بلحسن الوزاني ، لم يكن فقط منظرا سياسيا بل أيضا مؤطرا ومنظما سياسيا ، حيث تجلى ذلك في مشاركته المبكرة في احتجاجات ما سمي باللطيف التي تعرض فيها للجلد بفاس على غرار ما تعرض له كل من علال الفاسي وغيره من الزعماء الوطنيين الذين أطروا هذه التظاهرات بمعناها السياسي لأول مرة في التاريخ  السياسي الحديث للمغرب. انظر المقال كاملا

Le Rapport au Travail à l’aune de l’actuelle crise sanitaire mondiale

Mesdames, Messieurs

Pour sa deuxième visioconférence, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir d’accueillir Monsieur Mountasser FASSI-FIHRI, Dirigeant d’entreprise

le Jeudi 3 septembre 2020 à 17 h pour une visioconférence intitulée :

Le Rapport au Travail à l’aune de l’actuelle crise sanitaire mondiale

La séance a été modérée par Monsieur Hicham ZOUANAT, Président de la Commission Sociale de la CGEM et Dirigeant Ressources Humaines.

Ont participé également dans le débat, Maître Mahmoud HASSEN, Enseignant à la faculté de Droit de Tunis, et Monsieur Khalid LAHBABI, Directeur Ressources Humaines d’une Multinationale.

Nous vous remercions d’avoir suivi ladite visioconférence qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube et d’avoir participé au débat.

Avec nos meilleures salutations.

Le Rapport au Travail à l’aune de l’actuelle crise sanitaire mondiale

La crise sanitaire actuelle a radicalement bouleversé nos repères socio-économiques et a profondément changé nos représentations du monde. Au centre du lien social et source majeure de la création de richesse, le concept du travail a inévitablement et durement subi les conséquences de cette rupture.

Sommes-nous face à des effets durables ? Le monde du travail devra-t-il se réinventer ? A quels niveaux et de quelles façons : transformation des métiers et des compétences, reconsidération de la valeur-travail et de sa place dans nos vies, nouveaux modes de gouvernance, nouvelles organisations et nouvelles réglementations… ?

Mountasser FASSI-FIHRI

M. FASSI-FIHRI est dirigeant d’une entreprise dans le secteur des technologies de l’information et administrateur de plusieurs PME marocaines. Il est également consultant expert en organisation et gestion des risques.

Il a été président fondateur de la première association marocaine pour le Risk Management en 2008 et co-auteur d’un ouvrage collectif sur les Indicateurs et Tableaux de bord aux éditions AFNOR.

Mahmoud HASSEN

– Enseignant à la faculté de droit de Tunis
– Avocat aux barreaux de Paris et Tunis
– Ancien enseignant à la faculté de droit de Casablanca
– Ancien avocat au barreau de Casablanca
– Ancien rédacteur en chef de la ” Revue Marocaine de Droit” ( 1985 – 1988 )
-Ancien secrétaire de rédaction de la ” Revue Tunisienne de Droit” ( 1990 – 2000 )
-Ancien rédacteur en chef de la ” Revue Maghrébine de Droit ” ( 1991 – 1995 )

Khalid LAHBABI

Avec une formation initiale en ingénierie des systèmes automatiques à Montpellier, Khalid LAHBABI a intégré le secteur de l’industrie dans un environnement national puis multinational. ll a d’abord dirigé les activités techniques et la gestion des investissements dans un environnement interne et externe en pleine transformation. Très vite il ressent le besoin de se positionner en tant que Business Partner à travers le « People make the difference ». Après un passage par les bancs de l’ISCAE pour un cycle de formation en Gestion des Entreprises, il s’inscrit dans une démarche de recherche de la performance à travers la réussite individuelle et collective des membres d’une équipe. Ainsi son intérêt grandissant pour le Développement Personnel au profit du développement des organisations ne le fait pas hésiter à saisir l’opportunité de la Direction des Ressources Humaines de l’un des fleurons de l’industrie Marocaine. Ses challenges ont principalement porté sur la conduite du changement, l’implication des collaborateurs à travers un développement du Leadership, l’accompagnement des talents dans la conception et la mise en œuvre de leur projet de développement personnel.

Durant son parcours professionnel, il a obtenu plusieurs certifications en coaching professionnel. Ainsi, il intervient comme promoteur de Leadership, et accompagne des Managers et Dirigeants dans leur développement personnel, la conduite de leur projet professionnel ou la gestion d’une Problématique. Il dirige également des programmes de développement de leadership, anime des conférences internationales et nationales dans des thématiques liées à la Gestion des Ressources Humaines, Le Leadership, La Responsabilité Sociétale des Organisations et intervient en tant que praticien dans l’enseignement universitaire.

Hicham ZOUANAT

Hicham ZOUANAT est Directeur Régional des RH & Corporate Affairs pour le Maroc et la Mauritanie chez North Africa Bottling Company, (NABC);filial du Groupe Equatorial Coca-Cola Bottling Company, et qui le principal embouteilleur de la Compagnie Coca-Cola en Afrique.

Il compte à son actif plus de vingt huit années d’expérience dans le Management des Ressources Humaines aussi bien dans des Groupes Nationaux (Groupe OCP, SAMIR), que dans des Multinationales telles que Nexans, Danone & Equatorial Coca-Cola Bottling Company, et qui sont spécialisées principalement en FMCG (Produits de grandes consommations).

Il a débuté sa carrière chez le Groupe OCP en 1993 entant que HR Manager, puis promu entant que DRH chez Nexans Maroc.
En 2006 il rejoint le Groupe Centrale Laitière – Groupe ONA/SNI entant que DRH des filiales du pôle Agroalimentaire (Centrale Laitière, Fromageries de Doukkala, Sotherma & Lais plus) avant d’être promu en 2013, entant que Vice Président RH pour les filiales de Danone au Maroc (Dairy, Baby food & Water).

En 2016 Il rejoint North Africa Bottling Compagnie, en tant que Directeur Exécutif RH Régional (Maroc & Mauritanie) & Directeur Communication & Relations Publiques ; poste qu’il occupe jusqu’à ce jour.

Hicham ZOUANAT est titulaire d’un Exécutif MBA de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et de l’EHTP, il est également titulaire du diplôme du Cycle supérieur de Gestion de l’ISCAE et d’un Mastère en Management Stratégique des Ressources Humaines de l’Université de Tours et l’EDHEC.
Il a également suivi le Cycle de Management RH & RSE de l’ESCP.

Hicham ZOUANAT est actuellement Président de la Commission Sociale de la CGEM , et à ce titre il est Administrateur à la CGEM et  également Membre du Conseil d’Administration de la CNSS et des organes de son CA : CAR  (Comité d’Audit et des Risques) et du CEG (Comité d’Etude et de Gestion).

Il est Past Président de l’AGEF,, FMRH et de l’AFDIP et Membre Fondateur & Vice Président de l’Institut de l’Audit Social Maroc (IMAS)

Il est Past Président de la  Confédération Africaines des RH & Membre du Comité Exécutif de la Fédération Mondiale des Associations des RH (WFPMA )

Il est Co -Auteurs de terroirs livres en GRH (dont Tous Talentueux) & Auteur de plusieurs articles en RH dans des revues RH spécialisées.

 

COVID-19: Relation entre les Humains et la Nature

Mesdames, Messieurs

Pour son premier Webinaire et à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir d’accueillir

Monsieur Mahjoub El Haiba, Professeur de l’enseignement supérieur, Consultant en droits de l’Homme, Justice transitionnelle et droit de l’environnement, Ancien expert du comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

le Lundi 08 Juin 2020 à 16 h pour une visioconférence intitulée :

Covid-19: Relation entre les Humains et la Nature

La séance a été modérée par Monsieur Hassan Ouazzani Chahdi, Professeur Honoraire des Universités à l’UH2C et Membre Expert de la Commission du Droit International des Nations Unies.

Nous vous remercions d’avoir suivi ladite visioconférence qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube et d’avoir participé au débat.

Avec nos meilleures salutations.

Mahjoub El Haiba

محجوب الهيبة

Professeur de l’Enseignement Supérieur à la Faculté de Droit de l’Université Hassan II, Aïn Chock, de Casablanca. Consultant dans les domaines  des droits de l’Homme, des droits de l’environnement et de la justice transitionnelle. Membre du Conseil national des droits de l’Homme (catégories des experts). Ex-délégué interministériel aux droits de l’Homme.  Ex-membre ès-qualité du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Membre fondateur de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme. Fondateur et membre du Réseau Arabe de l’Environnement et du Développement (RAED), Caire.

Ex membre et Président du jury du Prix Arabe de l’Environnement. Ex membre et Président du jury du Prix Hassan II de l’Environnement. Ex Vice Doyen de la Faculté de Droit de Casablanca. Ex membre du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (décembre 2002- juillet 2005) Ex Secrétaire Général du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (juillet 2005- mars 2011). Ex membre de l’Instance Équité et Réconciliation (IER).

Hassan Ouazzani Chahdi

حسن الوزاني الشاهدي

Vice-Président du CMHO.

Il est actuellement professeur honoraire de Droit Public à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales-Université Hassan II Aïn Chok de Casablanca…Lire la suite

COVID  19  ET  NATURE

Mme GUENNOUNI Naima

Professeure de l’enseignement supérieur

Faculté des sciences juridiques Economiques et sociales

Casablanca

La pandémie de COVID19 est un rappel brutal de notre relation dysfonctionnelle avec la nature; celle –ci a repris ses droits dès que l’Homme –principal prédateur– a été contraint de se confiner pour se protéger.

La prise de conscience des conséquences des atteintes portées à la nature ont toujours été liées à des catastrophes : les marées noires,les smogs, Tchernobyl, catastrophes liées aux déchets dangereux…

Cette nouvelle pandémie qui ne sera certainement pas la dernière si l’homme ne change pas son comportement va-t-elle apporter des modifications profondes aussi bien dans les politiques des différents pays que des Hommes en tant que consommateurs ?

Il est encore tôt pour répondre, mais certaines décisions sont en train d’être prises pour le futur :

La transition énergétique :

Cette transition déjà en marche est accélérée  par la relance post COVID par les gouvernements et par le secteur privé.

En France, Bruno Lemaire, ministre de l’économie, déclarait le 17 avril 2020 : « Nous allons apporter des milliards d’euros de soutien aux entreprises à condition qu’elles s’engagent pour une économie décarbonée surtout pour les transports essentiellement aériens. »

90dirigeants de groupes dont Airbus, KLM, Air France ont signé une tribune pour un soutien renforcé aux secteurs qui contribuent à la préservation de l’environnement : rendre les outils industriels plus résilients, les décarboner et réduire l’empreinte carbone;

-Multiplier les efforts pour chercher des solutions (arriver à une neutralité carbone)

La présidente de la commission européenne déclarait le 23avril dernier : « Le green deal est la bonne réponse à la crise, investir dans la résilience de l’Union Européenne. »

Une tribune a également été signée par 17 ministres européens de l’écologie le 9 avril 2020 : « nous devons tenir nos ambitions pour réduire les risques et les coûts de l’inaction dans les domaines de changement climatiques et de la perte de la biodiversité. »

Trois facteurs pour la transition énergétique post COVID 19 :

  • Meilleure appréciation des enjeux climatiques, plus grande appréciation de l’expertise scientifique ;

  • Nouveaux modes de production diminuant l’empreinte carbone; généralisation du télé travail et réduction des déplacements ;

  • Importance donnée au concept de résilience : prise en compte des risques sanitaires dans la valeur des biens, sources d’énergies alternatives.

Cette  pandémie était-elle prévisible ?

En 2016, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement)avait signalé l’augmentation des épidémies : 75% des maladies infectieuses proviennent des animaux qui sont eux-mêmes victimes des perturbations de l’écosystème.La plupart des maladies pandémiques ont été transmises par les animaux : grippe aviaire,Ebola, maladie Zika, H1N1…

Le PNUE attire l’attention que ces pandémies vont se multiplier vu les perturbations de la nature, les changements climatiques…

Le rôle de la société civile :

Durant cette pandémie, la société civile a joué un rôle essentiel :

D’abord  pour la sensibilisation et la conscientisation des populations surtout les associations de quartiers (au Maroc particulièrement) ;

Ensuite pour réagir aux atteintes aux droits humains commises par des autorités publiques et en réaction à certaines mesures prises pour lutter contre la pandémie et qui sont non respectueuses des libertés publiques.

Au Maroc

Quelles leçons tirer de cette pandémie ?

-Opportunité pour construire un nouveau système social, renforcer la protection sociale : cette pandémie a dévoilé la fragilité du tissu social d’où la nécessité de prévoir une meilleure protection pour les couches les plus défavorisées et vulnérables ;

-Oeuvrer pour un Maroc durable : dans le domaine énergétique essayer d’assurer une autonomie en renforçant et en continuant les stratégies d’énergies renouvelables ;

Essayer de renforcer une certaine autonomie alimentaire, oeuvrer pour une politique basée sur les ressources nationales ;

Cette pandémie pose pour le Maroc -comme pour la plupart des pays- le problème de gestion des déchets issus des traitements de  cette maladie ; le Maroc qui a déjà beaucoup de difficultés à gérer ses déchets médicaux hospitaliers surtout les plus dangereux va être confronté à une augmentation du volume de cette catégorie dont le souhait serait qu’elle soit gérée par de bonnes méthodes (l’incinération par exemple), mais dont le Maroc n’a pas encore tous les moyens adéquats pour assurer ceci .

Les autorités marocaines devront veiller à mettre en application les lois déjà existantes aussi bien dans le domaine de gestion des déchets que celui de la pollution de l’air, également les lois relatives au littoral et celles sur la gestion des ressources hydriques.

En conclusion on se demande si la plupart des pays, une fois la pandémie passée, ne vont pas -en essayant de relancer leur économie- stimuler leur production ce qui conduirait à une augmentation de la pollution de l’air ?

Intervention de M. Mohamed Behnassi

Professeur d’Enseignement Supérieur
Expert en environnement, changement climatique et sécurité humaine

Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales d’Agadir
Directeur du Centre de Recherche en Environnement, Sécurité Humaine et Gouvernance (CERES)
GSM : (00212) 668-466447 | behnassi@gmail.com | m.behnassi@uiz.ac.ma

 

J’aimerais bien remercier mon Professeur El Haiba pour cette conférence excellente qui nous a bien sûr inspiré, et j’aimerais bien également le remercier de m’avoir placé sur cette voie parce que j’ai commencé à faire des recherches dans le domaine de l’environnement, changement climatique, et surtout la gouvernance de ces domaines depuis pratiquement l’année 1997. C’est un long processus, et je suis également très content de retrouver mon Professeur ces derniers temps pour réaliser des collaborations en la matière et sur des questions qui marquent une certaine rupture avec ce qui est conventionnel.

La conférence d’aujourd’hui est une occasion pour défricher en quelque sorte certains concepts et notions émergents en la matière. Je suis catégoriquement d’accord avec mon Professeur sur sa vision des choses et sur la façon avec la quelle ila approché la relation humains-nature dans ce contexte particulier, mais son approche reste pertinente pas uniquement pour le contexte actuel, mais aussi pour le post-Covid-19.

Alors, de ma part, je vais peut-être apporter quelques éléments de plus et un éclairage sur certains aspects qui relèvent de mes domaines d’intérêt scientifique, mais également en relation avec certains projets de collaboration avec Professeur El Haiba. Il y a pratiquement 5 ans, j’ai intégré un réseau européen qui travaille sur la coviabilité des systèmes socio-écologiques. On a travaillé sur ce paradigme de coviabilité dans le sens où on est parti d’un constat selon lequel une grande partie des concepts, des paradigmes et des cadres de référence qui ont été développés depuis Stockholm en 1972, en passant par Rio en 1992 jusqu’à maintenant, restent plus ou moins en décalage avec les pratiques dans le domaine de l’environnement. Un décalage qui montre pourquoi, malgré qu’on ait inventé le droit international de l’environnement avec ses concepts, ses dispositions et ses mécanismes d’application, dans les faits, les systèmes écologiques souffrent encore d’une vulnérabilité extrême, d’une incertitude et des formes de dégradation qui se développent de manière effrénée ; cela fragilise structurellement ces systèmes demanière grave,voire irréversible.

Par conséquent, ons’est demandé ensuite pourquoi avec la technologie, les dispositifs juridico-institutionnels, les systèmes degouvernance, les politiques existantes, l’impact sur les systèmes écologiques reste marginal, et dans la plupart du temps négatif. On témoigne bien sûr l’état actuel de l’environnementet de la planète. On a présupposé  que la relation entre les systèmes sociauxet les systèmes écologiques souffre d’un manque de viabilité, de cohérence et même de compatibilité. Donc, on a travaillé sur cette hypothèse comme quoi il faut tout revoir quand il s’agit de la relation entre les systèmes sociaux et les systèmes écologiques ; ce qui nous a amené à rejeter quelques concepts malgré qu’ils soient maintenant politiquement consacrés etthéoriquement défendus, comme par exemple celui de ‘développement durable’. Par la suite, on aessayé de remplacer ce dernier par le concept de coviabilité des systèmes socio-écologiques qui veut dire que la viabilité des systèmessociaux dépend de la viabilité des systèmes écologiques et vice-versa. Enfin de compte, ces deux systèmes doivent se développer avec une certaine cohérence et harmonie, et là on est entrain de parler de la coviabilité des systèmes socioécologiques. Cette coviabilité doit dans le futur conditionner la prise de décision, les cadres de référence, les politiques, les lois, etc. qui vont bien sûr gérer ces relations entre systèmes sociaux et systèmes écologiques.

C’est en quelque sorte une perspective de la relation homme-nature ; la seule différence c’est qu’ons’est placé sur une échelle plus grande ; on ne parle plus de l’humain de manière fragmentée en le considérant comme un électron libre, mais on parle des systèmes, pourquoi ? Supposons par exemple que dans une société donnée on a orienté le maximum des individus vers des comportements écologiquement responsables, mais supposons qu’en même temps il ya de grandes sociétés, de grands producteurs ou des secteurs entiers qui sont écologiquement irresponsables ; l’impact ne sera pas, bien sûr, à la mesure de ce qui est attendu ; donc il vaut mieux de déplacer le débat vers les systèmes, parce que c’est là où le sérieux peut se réaliser ; une fois que les processus décisionnels sont orientés dans ce sens, on peut s’attendre à des changements structurels. Si ce genre de changements dans la relation entre les systèmes sociaux et les systèmes écologiques doit s’effectuer, il faudra chercher dans le futur, si on aspire à inverser les tendances actuelles. A défaut, il faut s’attendre au pire et la théorie d’apocalypse peut se réaliser dans les décennies à venir.

Les humains et leur environnement, à la lumière de la période Covid-19

M. Brahim Zyani

Enseignant permanent à l’Ecole Nationale Supérieure de l’Administration (ENSA), ancien directeur de la réglementation et du contrôle (DRC), au département de l’environnement (2001-2013).

 

Je tiens tout d’abord à remercier le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain de son aimable invitation et féliciter doublement l’équipe de gouvernance du Centre : pour le choix du thème et pour le choix du conférencier, mon confrère Mahjoub El Haiba, pour l’aborder.

En effet, nous venons d’entendre, aussi bien de Mahjoub El Haiba, que des collègues qui m’ont précédé, des analyses pertinentes, des propos clairvoyants et profondément justes sur la question des rapports entre les humains, l’environnement et la nature en général .

Pour ce qui me concerne, je constate, durant cette période de confinement plus ou moins généralisé, que l’état de la nature et de notre environnement de proximité s’est largement amélioré. Le Covid-19, dit-on, en ralentissant les activités humaines, a produit un effet positif sur les milieux de vie des hommes, notamment dans les grandes agglomérations urbaines. A quelque chose malheur est bon, de ce point de vue donc, on peut voir dans Covid-19  un « allié » de l’environnement et de la nature.

Mais, à bien y regarder, il s’agit en fait d’un faux allié, ou, du moins, d’un allié provisoire, non durable. Car, d’une part, il faut s’attendre à une reprise fulgurante des activités économiques et sociales, et donc à des pressions beaucoup plus fortes encore sur les milieux naturels. D’autre part, il est fort possible que les gouvernements profiteront de l’aubaine de l’après Covid-19 pour accélérer les mesures et les politiques  d’affranchissement à l’égard des normes juridiques nationales et des engagements internationaux pris dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques. Autrement dit, après le Covid-19, les ministères de l’environnement auront encore plus de difficultés à se faire entendre, car tout sera fait pour rattraper les temps de production et de consommation perdus durant les périodes de confinement.

Néanmoins, il faut tout de même reconnaître que le Covid-19 partage avec les politique de préservation de l’environnement et de protection de la nature quelques caractéristiques communes : il a accéléré la tendance planétaire des problèmes humains, il a révélé la centralité de l’humain, en tant qu’individu et collectivité, dans le combat engagé contre la pandémie, enfin il a renforcé le sentiment de responsabilité chez les êtres humains au sujet de leurs comportements à l’égard des milieux dans lesquels ils vivent.

D’où l’importance pour les politiques publiques en faveur de l’environnement, aussi bien nationales que planétaires, de puiser dans les aspects positifs révélés par le Covid-19, aussi limités soient-ils, pour aller de l’avant et rattraper, elles-aussi, les temps perdus.

Islam : Une pensée libre et rénovée est-elle possible pour le 21ème siècle ?

سيداتي، سادتي

 في إطار اللقاءات العلمية الشهرية التي ينظمها مركز محمد حسن الوزاني للديمقراطية والتنمية البشرية برسم سنة 2020

قدم د. رضا بنكيران، عالم الاجتماع، دكتور في الفلسفة، باحث في جنيف ومؤلف الكتاب

 “Islam, à la reconquête du sens”

: محاضرة بعنوان

 الإسلام في القرن الواحد والعشرين: هل بالإمكان تحرير الفكر وتجديده؟

شارك في هذه الجلسة الثقافية د. رشيد العلوي، دكتور في الفلسفة، كلية الآداب والعلوم الإنسانية
جامعة الحسن الثاني، الدار البيضاء

وأشرف على تسييرالجلسة ذ. أنطوان فلوري، أستاذ تاريخ العلاقات الدولية بجامعة جنيف

نظم هذا اللقاء يوم الخميس 13 فبراير2020 على الساعة الرابعة زوالا بمقر المركز الكائن ب 53 زنقة علال بن عبد الله، الدار البيضاء

يشكركم المركزعلى حضوركم وعلى المشاركة في هذه الجلسة الثقافية، تقبلوا منا فائق المودة والتقدير

مع أطيب التحيات

 

********* ********* ********

 

Mesdames, Messieurs

Pour sa deuxième conférence au titre de l’année 2020, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir d’accueillir

Monsieur Reda Benkirane, Sociologue, docteur en philosophie, chercheur associé IHEID Genève et auteur du livre “Islam, à la reconquête du sens”

le jeudi 13 Février 2020 à 16 h pour une conférence intitulée :

« Islam : Une pensée libre et rénovée est-elle possible pour le 21ème siècle ?»

Avec la participation de Monsieur Rachid El AlaouiDocteur en philosophie – Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – UH2C

La séance été présidée et modérée par Monsieur Antoine Fleury, Professeur ém. Histoire des Relations Internationales -Université de Genève

Nous vous remercions vivement pour votre présence à ladite conférence et pou votre participation au débat qui a suivi

Avec nos meilleures salutations.

Reda Benkirane

رضا بنكيران

Chercheur associé au Centre sur les conflits, le développement et la paix (CCDP) de l’Institut de hautes études internationales
et du développement (Genève, IHEID), et membre de l’Institut de recherches philosophiques de Lyon (université Lyon 3),
Reda Benkirane dirige l’atelier de recherche Iqbal consacré à une pensée critique et créatrice en islam. Depuis une trentaine d’années, il a entrepris des travaux ambitieux dans les domaines de l’urbanité, de la complexité, de l’islamité et de la radicalité. Au Pommier, il a déjà publié La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences (2002), régulièrement réimprimé.


Du même auteur

Démographie et géopolitique. Étude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, Hermann, 2015.
La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences, Paris,
Le Pommier, 2002, 2006, nouvelle édition augmentée d’une préface de l’auteur en 2013.
Le Désarroi identitaire. Jeunesse, arabité et islamité contemporaines, préface de Salah Stétié, Paris, Cerf, 2004 ; Casablanca, La Croisée des Chemins, 2012.

Rachid EL Alaoui

رشيد العلوي

Inspecteur pédagogique et coordinateur régional de la philosophie – Académie régionale de l’éducation et de formation de la région Casa-Settat

Expert pédagogique : formation initiale et continue des professeurs du secondaire

Chercheur en philosophie politique

Docteur en philosophie – Faculté des lettres et des sciences humaines Benmsik – Université Hassan II de Casablanca

Auteur et Acteur de la société civile

Fondateur du site web : www.couua.com

Antoine Fleury

أنطوان فلوري

Professeur émérite de l’Université de Genève où il a enseigné  l’histoire des relations internationales et de l’intégration européenne. Ses recherches et ses publications portent sur l’histoire des relations internationales au XXe siècle, notamment sous l’angle de la coopération que ce soit dans l’entre-deux-guerres – Société des Nations, Plan Briand d’Union européenne – ou après la deuxième guerre mondiale. Lire la suite

Islam, à la reconquête du sens

Comment les musulmans d’aujourd’hui pourraient-ils donner du sens à leur foi ? Peut-on envisager une pensée islamique véritablement innovante, en prise avec son temps, et sauver une culture religieuse de ses propres démons ainsi que des manipulations et profanations dont elle fait continuellement l’objet (politisation, militarisation, marchandisation) ?

Reda Benkirane propose une voie prometteuse car inexplorée jusque-là : repenser la religion à la lumière des sciences de la complexité — ces sciences qui, justement, échappent à tout réductionnisme. Et cette renaissance passe par un bouleversement des rapports au pouvoir et au savoir, pour permettre une émancipation intellectuelle et spirituelle, via la production d’idées neuves. À une époque où l’accès au savoir s’universalise, l’islam a tout à gagner à croiser son Grand Récit avec celui tissé par les sciences du vivant, de la matière et du calcul.

Libéré de son formalisme et de sa normativité, l’islam se révèle alors espace
de créativité, au diapason avec le défi majeur de la complexité du monde.


Ce livre trace ces nouveaux chemins de science et de connaissance

Mot d'accueil de la présidente Dr. Houria Ouazzani

Antoine Fleury - Modérateur

Reda Benkirane - Conférencier

Rachid El Alaoui - Intervenant

Débat - Islam : Une pensée libre et rénovée est-elle possible pour le 21ème siècle ?