MOHAMED HASSAN OUAZZANI, ABDELHADI BOUTALEB : Combat par la Plume pour l’Indépendance et la Démocratie au Maroc

سيداتي، سادتي

في إطار اللقاءات العلمية الشهرية برسم سنة 2022، مركز محمد حسن الوزاني للديمقراطية والتنمية البشرية ومؤسسة عبدالهادي بوطالب، يٌنظمان ندوة مشتركة حول موضوع :

 محمد حسن الوزاني، عبدالهادي بوطالب : حرب القلم من أجل الاستقلال والديمقراطية في المغرب

يشارك في هذه الجلسة الثقافية :

د. محمد معروف الدفالي، مؤرخ وأستاذ التاريخ المعاصر بجامعة الحسن الثاني بالدارالبيضاء.

د.إدريس مقبول، مدير مركز ابن غازي للأبحاث والدراسات الاستراتيجية.

د.أنطوان فلوري، أستاذ العلاقات الدولية بجامعة جونيف.

ود.محمد شقير، دكتور وباحث في العلوم السياسية.

يُنظم هذا اللقاء يوم الخميس 8 دجنبر 2022 على الساعة الرابعة زوالاً بمقر المركز الكائن ب 53 زنقة علال بن عبد الله، الدارالبيضاء.

وفي انتظار تعزيزكم لهذه المبادرة، تقبلوا منا فائق المودة والتقدير.

مع أطيب التحيات.

 

 

Mesdames, Messieurs
Dans le cadre de ses activités scientifiques et culturelles au titre de l’année 2022, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain organise, en collaboration avec la Fondation Abdelhadi Boutaleb, un colloque conjoint sous le thème :

“MOHAMED HASSAN OUAZZANI, ABDELHADI BOUTALEB : Combat par la Plume pour l’Indépendance et la Démocratie au Maroc″

le Jeudi 8 Décembre 2022 à 16h00 au siège du CMHO

Avec la participation de Monsieur Mohamed MAAROUF DAFALI, Professeur d’Histoire Moderne à l’Université Hassan II de Casablanca.
Monsieur Driss MAKBOUL, Directeur du Centre Ibn Ghazi des Recherches et des Etudes Stratégiques.
Monsieur Antoine FLEURY, Professeur émérite, Histoire des Relations Internationales, Université de Genève.
et de Monsieur Mohamed CHIKER, Docteur et Chercheur en Sciences Politiques.
Nous serions très heureux de compter sur votre présence à ladite conférence et sur votre participation au débat qui suivra.
Avec nos meilleures salutations.

Driss MAKBOUL

إدريس مقبول

إدريس مقبول، أستاذ التعليم العالي، أكاديمي مغربي، حاصل على الدكتوراه في اللسانيات العامة واللسانيات العربية، مدير مركز ابن غازي للأبحاث والدراسات الاستراتيجية بمكناس، شارك في العديد من المؤتمرات والندوات داخل الوطن وخارجه، له عدد من المؤلفات منها: الأسس الابستمولوجية والتداولية، والأفق التداولي، والمخفي والمعلن في الخطاب الأمريكي، وسؤال المعنى، والإنسان والعمران واللسان، والإرادة والوجود، وما وراء السياسة وغيرها. نال الباحث عددا من الجوائز العربية منها الجائزة العربية للعلوم الإنسانية من المركز العربي للأبحاث ودراسة السياسات والجائزة العالمية لحوار الحضارات وجائزة منتدى كوالالمبور للفكر والحضارة وجائزة المغرب للعلوم الاجتماعية.

Mohamed CHIKER

محمد شقير

الدكتور محمد شقير حاصل على دكتوراه الدولة في العلوم السياسية بكلية الحقوق بجامعة الحسن الثاني بالبيضاء، صدرت له ،بالإضافة إلى عدة دراسات ومقالات تحليلية حول الواقع السياسي بالمغرب عدة مؤلفاتمن بينها

        –  القرار السياسي بالمغرب – دار الألفة – الطبعة الأولى 1992 – البيضاء

        – التنظيمات السياسية بالمغرب-منشورات المجلة المغربية لعلم الاجتماع السياسي

                   الطبعة الأولى 1993 – البيضاء

       – تطور الدولة بالمغرب – دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى 2002البيضاء

       – الديمقراطية الحزبية بالمغرب – دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى 2003

   – الفكر السياسي المغربي المعاصر- دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى 2005

-المراسيم السياسية بالمغرب بين العصرنة والتحديث –  دار إفريقيا الشرق الطبعة الأولى 2007 

 – المؤسسة العسكرية بالمغرب – دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى 2008 

      – السلطة والمجتمع المدني بالمغرب- دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى  2009

     – النخبة العسكرية بالمغرب – منشورات وجهة نظر- 2011

– النص الغنائي بالمغرب بين بناء الدولة وتمجيد السلطة . دار إفريقيا الشرق

     الطبعة الأولى   2012 –

       – السلطة و المراسيم االعسكرية بالمغرب – دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى – 2015ا

–  السلوك الانتخابي بالمغرب بين الشفافية الانتخابية و المقاطعة الشعبية – منشورات  وجهة نظر- 2015

– المؤسسة الأمنية بالمغرب بين حماية النظام وسلامة المواطن- دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى   2016

– مستشارو الملك من ظل الحكم إلى ظل الحكومة دار إفريقيا الشرق – الطبعة الأولى2022

– جدلية الموت والسياسة ( من الاستئثار بالرمزية الوطنية إلى احتكار الشرعية السياسية) – الطبعة الأولى2022

 

 

Mohamed Marouf Dafali

محمد معروف الدفالي

Mohamed Maarouf Dafali est Vice-Président du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain.

Docteur d’état en Histoire moderne, il enseigne actuellement à la Faculté de Lettres de Ain Chock.

Antoine FLEURY

أنطوان فلوري

Antoine Fleury est professeur émérite de l’Université de Genève où il a enseigné  l’histoire des relations internationales et de l’intégration européenne. Ses recherches et ses publications portent sur l’histoire des relations internationales au XXe siècle, notamment sous l’angle de la coopération que ce soit dans l’entre-deux-guerres – Société des Nations, Plan Briand d’Union européenne – ou après la deuxième guerre mondiale…Lire la suite.

الاستقلال وسؤال الحكم الراشد: قراءة في تراث الوزاني وعبد الهادي بوطالب

إدريس مقبول

تسعى الورقة إلى تسليط الضوء على القواسم المشتركة التي ميزت مدرسة فاس الإصلاحية، والتي يعتبر الوزاني وبوطالب من أهم رموزها، فالرجلان جمعهما النضال الفكري والميداني على مساحة مقاومة “الشر” مُجسَّدا في الاستعمار والاستبداد، من منطلق إسلامي مُتجدِّد ونزوع ليبرالي منفتح؛ دخل كل واحد منهما ميدان المقاومة  عبر الترافع عن (قيمة الحرية) أو قضية الاستقلال من جهة، ومن جهة أخرى المساهمة في بناء ثقافة حقوقية وقانونية في الحقل السياسي ترسخ للديمقراطية في الإدارة وتدبير الشأن السياسي أو ما نسميه بالحكم الراشد عبر الدفاع عن مركزية الدستور وسلطة المؤسسات بدل الأفراد واستقلال القضاء والتعددية وحرية الرأي والاختيار والمشاركة ومبدأ المحاسبة والمراقبة لكافة المسؤوليات وغيرها..وهي قضايا لا تنفصل عند الوزاني كما عند بوطالب عن بعضها البعض في مسيرة تحرير الإنسان وإعادة صياغة وعيه بوجوده وإمكاناته ووظيفته في الحياة.   

محمد معروف الدفالي

ينتمي عبد الهادي بوطالب  الى الجيل الثاني للحركة الوطنية ، جيل الحرب العالمية الثانية او جيل المطالبة بالاستقلال . وهو من كبار الفاعلين وطنيا في هذا الجيل ، كما انه من كبار رجال السياسة والصحافة  . ولج الحقل السياسي الوطني في سن مبكرة وتربى سياسيا وصحفيا في حضن الحركة القومية/ حزب الشورى والاستقلال،  ومن هذه المدرسة الوطنية السياسية كان تخرجه ، إذ يعتبر من أبرز تلامذة محمد بن الحسن الو زاني استيعابا ونهجا على الطريق . تحمل المسؤولية في المكتب السياسي لحزب الشورى والاستقلال   ، وتميز على اعمدة جريدته  ” الرأي العام ” بمقالاته القوية والرصينة . ومن ينابيع هذا الحزب تشرب التوجه الليبرالي  .وفي هذه المساهمة ستتم محاولة مقاربة فكره عبر مقولة الديمقراطية،  كما استوعبها في كتاباته ودافع عنها .

Mohamed Hassan Ouazzani : conquérir l’opinion internationale à la cause du Maroc

Antoine Fleury

Par ses études des Sciences politiques et de Journalisme à Paris dès 1927, le jeune étudiant Mohamed Hassan Ouazzani (MHO) s’est pénétré des débats politiques et sociaux, qui se déroulaient en France et en Europe. Les enjeux de société s’exprimaient de façon frontale et souvent impétueuse après la fin du premier conflit mondial ; les espoirs dans la libération des peuples et la mise en place de nouvelles institutions tant au plan national qu’au plan international s’exprimaient avec éclat. Les confrontations d’idées concernant la paix universelle et la liberté des peuples, y compris de l’emprise coloniale, ont marqué le jeune Marocain.

De cette fréquentation des milieux effervescents des années 1920-30, MHO acquit des convictions et des expériences qui marqueront son parcours :

1. La diversité des opinions et leur légitimité à s’exprimer.

2. La puissance de l’information, d’abord par les journaux, mais aussi par des publications de livres, de bulletins, de revues, de manifestes pour orienter l’opinion sur une question particulière ou pour légitimer ou critiquer des actions et des programmes politiques.

3. La mobilisation de l’opinion française et internationale en faveur de la cause d’un Maroc soumis au pouvoir colonial est devenue l’objectif essentiel de MHO. Son combat pour dénoncer les pratiques coloniales dont son pays était victime lui parut possible et légitime. En effet, en France même et en Europe, des voix s’exprimaient avec vigueur pour condamner l’impérialisme ; le communisme exerçait une fascination, surtout à la suite du triomphe de la révolution bolchévique en Russie et ses tentatives d’expansion mondiale sous l’impulsion de Lénine et de ses camarades de la 3e Internationale. Actifs aussi en France, les communistes apportaient leur soutien aux forces anti-impérialistes. L’étudiant MHO a ainsi découvert que dans la France coloniale des forces militantes en combattaient les pratiques contraires au message humaniste que la France adressait au monde entier. Dans le milieu intellectuel et académique qu’il fréquentait, il y rencontrait des esprits critiques des pratiques d’expansion coloniale par la force, la violence, le non-respect des valeurs de la France les Lumières, patrie des Droits de l’Homme.

Cet environnement politique, intellectuel, culturel et sociétal a ouvert au jeune diplômé de sciences politiques et de journalisme une opportunité d’agir pour l’honneur de son pays, le Maroc; il était convaincu que dans les opinions divergentes en France et en Europe, il pourrait faire entendre sa voix, combattre les préjugés, l’ignorance, rallier des soutiens à la cause dont il s’est fait le combattant, mais un combat par la plume pour convaincre l’opinion et les élites dirigeantes de la justesse des revendications des populations soumises.

Il s’agit ici d’exposer quelques-unes des initiatives prises par MHO pour agir sur l’opinion française et internationale. Il multiplia à cet effet des engagements rédactionnels dans des revues et des écrits militants, avant d’entreprendre la création de journaux qui demeurent des sources essentielles du combat du mouvement national pour la libération du Maroc.

محمد بلحسن الوزاني وعبد الهادي بوطالب  وإرساء نظام الملكية الدستورية بالمغرب

د.محمد شقير

يشترك كل محمد بلحسن الوزاني وعبد الهادي من خلال انتمائهما لحزب الشورى والاستقلال : الأول كمنظر للحزب والثاني كأحد المؤسسين لهذا الحزب، حيث كان عبد الهادي بوطالب عضوا في المكتب السياسي للحزب بينما انتخب الوزاني كأمين عام لهذا الحزب.كما تتقاسم هاتين الشخصيتين  السياسيتين غزارة الإنتاج الفكري بشكل يذكر بعلال الفاسي  و عبد الكريم غلاب  بحزب الاستقلال . فقد تميز محمد بلحسن الوزاني  بالإضافة إلى تكوينه السياسي الحديث بغزارة إنتاجه الفكري حيث خلف تراثا ضخما من الدراسات والأبحاث والتحقيقات الصحفية تتعلق كلها بإصلاح نظام الحكم بالمغرب . فقد ترك محمد حسن  الوزاني مؤلفات هامة من بينها مذكرات حياة وجهاد ( التاريخ السياسي للحركة الوطنية 1900-1955) ، وحرب القلم ( مجموعة مقالات  كتبها بين سنتي 1937 و 1978) ، ودراسات وتأملات  بالإضافة إلى خطب وتصريحات صحفية. ونفس الأمر ينطبق على الأستاذ عبد الهادي بوطالب  ،المتخرج من جامعة القرويين بدكتوراه في الشريعة وأصول الفقه ودكتوراه في الحقوق.، الذي دبج العديد من المؤلفات في السياسة و القانون و الأدب باللغتين العربية والفرنسية بلغت حوالي 58 كتابا في مختلف المجالات الأدبية والتاريخية والسياسية.كما أن الخصلة السياسية المشتركة بينهما هما أنهما مارسا السياسة بنبل ونزاهة فقد ظل الراحلان وفيان  للمبادئ وللقيم التي حملاها سواء ضمن الحركة الوطنية أو في حزب الشورى والاستقلال الذي أسساهوكانا ضمن قيادييه المركزيين  . وفي هذا الصدد أدلى الأستاذ عبد الهادي بوطالب بشهادة في حق الزعيم محمد بلحسن الوزاني لإحدى الجرائد الوطنية: “وحيث طلبت مني أن أتحدث عن محمد بن الحسن الوزاني في عبارات مختصرة فدعني أقول صادقا وبعد معاشرتي عن قرب للرجل إنه كان عنوانا فريدا للاستقامة، والنزاهة، والزهد، والوطنية الصادقة، ورجل المبادئ التي لا يعرف فيها مهاودة ولا تفريطا. ولعله الوحيد من بين الزعماء الوطنيين المؤسسين الرواد للحركة الوطنية الذي لم يجن من الوطن نفعا ماديا ولم يستخلص عن كفاحه عوضا أو ثمنا” .لكن بالإضافة إلى هذه الخصال ، فإن ما يشترك  فيه كل من الزعيم الوزاني والمفكر عبد الهادي  بوطالب هما مشروعهما السياسي من خلال طموحهما الفكري والسياسي في إقامة ركائز نظام ملكية دستورية بالمغرب : الأول من خلال تأسيس حزب للدفاع عن إرساء ركائز نظام ملكية دستورية بالمغرب والثاني من خلال العمل على إرساء دعائم  هذا النظام بالمغرب .

دول في مهب التحولات الجيوستراتيجية

سيداتي، سادتي

في إطار اللقاءات العلمية الشهرية برسم سنة 2022، نظَّم مركز محمد حسن الوزاني للديمقراطية والتنمية البشرية حوارًا حول كتاب الأستاذ المصطفى المعتصم، بعنوان:

دول في مهب التحولات الجيوستراتيجية

شارك في هذه الجلسة الثقافية د. عبدالحفيظ السريتي، إعلامي باحث في القانون العام والعلوم السياسية.

وذ.خالد البكاري، أستاذ جامعي بالمركز الجهوي لمهن التربية والتكوين بالدارالبيضاء.

نُظِّم هذا اللقاء يوم السبت 29 أكتوبر 2022 على الساعة الثالثة زوالا بمقر المركز الكائن ب 53 زنقة علال بن عبد الله، الدارالبيضاء.

نشكركم على حضوركم وعلى مشاركتكم في هذه الجلسة الثقافية، تقبلوا منا فائق المودة والتقدير.

مع أطيب التحيات.

 

 

Mesdames, Messieurs
Dans le cadre de ses activités scientifiques et culturelles au titre de l’année 2022, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir d’accueillir
Monsieur Mostafa LMOUATASSIME, Professeur universitaire émérite et acteur politique, pour un débat autour de son ouvrage intitulé :

“Pays face aux Mutations Géostratégiques″

le Samedi 29 Octobre 2022 à 15h00 au siège du CMHO

Avec la participation de Monsieur Abdelhafid SRITI, Analyste et chercheur en droit public et sciences politiques.
et de Monsieur Khalid BEKKARI, Professeur universitaire au Centre régional des métiers d’enseignement et de formation de Casablanca.
Nous vous remercions vivement pour votre présence à ladite conférence et pour votre participation au débat qui a suivi.
Avec nos meilleures salutations.

Elmostapha LMOUATASSIME

-Ex-professeur de géologie à l’école normale supérieure de Rabat
-Acteur politique et ex-secrétaire général du parti Al Badil Al Hadari
-Membre du congrès des partis Arabes
-Membre du congrès national Arabe
-Membre du congrès national Islamique
-Membre du groupe d’action nationale pour le soutien du peuple palestinien

المصطفى المعتصم

-مؤلف الكتاب “دول في مهب التحولات الجيوستراتيجية “
-أستاذ سابق للجيولوجيا بالمدرسة العليا للأساتذة بالرباط – جامعة محمد الخامس –
-فاعل سياسي وأمين عام سابق لحزب البديل الحضاري
-عضو مؤتمر الأحزاب العربية
-عضو المؤتمر القومي العربي
-عضو المؤتمر القومي الإسلامي
-عضو مجموعة العمل الوطنية لدعم فلسطين

 

Abdelhafid SRITI

-Journaliste dans plusieurs institutions arabes et auteur d’articles dans plusieurs journaux et magazines.

-Membre fondateur de l’Organisation pour la liberté des médias et d’expression.

-Membre de l’Association de la liberté maintenant

-Membre du Secrétariat du Groupe de travail national pour la Palestine.

-Membre du bureau exécutif de la Fondation Mohammed Abed Al-Jabri pour la pensée et la culture.

-Membre du Congrès national islamique.

-Membre du Congrès national arabe.

عبدالحفيظ السريتي

عبد الحفيظ السريتي حاصل على الدكتوراه في القانون العام والعلوم السياسية من جامعة محمد الخامس بالرباط.
-إعلامي في عدد من المؤسسات العربية وكاتب مقالات في عدد من الصحف والمجلات المحكمة.
-عضو مؤسس منظمة حريات الإعلام والتعبير
-عضو جمعية الحرية الآن
-عضو سكرتارية مجموعة العمل الوطنية من أجل فلسطين
-عضو المكتب التنفيذي لمؤسسة محمد عابد الجابري للفكر والثقافة
-عضو المؤتمر القومي الإسلامي
-عضو المؤتمر القومي العربي

Khalid BEKKARI

-Né le 06 mars 1973 à Tanger.

-Diplôme d’Etudes Approfondies en Lettres Modernes et Contemporaines 1997.

-Diplôme d’éligibilité éducative de l’Ecole Normale Supérieure de Tétouan 1998.

-Certificat d’agrégation en littérature et langues 2007.

-Master en littérature générale et critique comparée 2008.

-Doctorat en études culturelles et critique post-coloniale 2014.

-Professeur au Centre Régional des Métiers de l’Éducation et de la Formation.

-Rédacteur d’opinion.

-Formateur et Maître de conférences sur les mécanismes onusiens des droits de l’homme.

خالد البكاري

-الازدياد 06 مارس 1973 بطنجة
-دبلوم الدراسات المعمقة في الأدب الحديث والمعاصر1997
-دبلوم الأهلية التربوية بالمدرسة العليا للأساتذة تطوان 1998
-شهادة التبريز في الأدب واللغات 2007
-ماستر الأدب العام والنقد المقارن 2008
-دكتوراه في الدراسات الثقافية والنقد ما بعد الكولونيالي 2014
-أستاذ بالمركز الجهوي لمهن التربية والتكوين
-كاتب رأي
-مكون ومحاضر في الأليات الأممية لحقوق الإنسان

 

دول في مهب التحولات الجيوستراتيجية

هذا الكتاب محاولة للجواب عن أسئلة من قبيل:  هل النظام العالمي وحيد القطبية آيل للسقوط؟ وهل العالم على أعتاب نظام عالمي جديد؟ ومن هم الدول المرشحة لقيادة العالم مستقبلا؟ وما هي المكانة والدور الذي ستطلع به دول غرب آسيا (الإسلامية والعربية) وشمال إفريقيا أي منطقة الشرق الأوسط وشمال إفريقياMENA في هكذا نظام عالمي جديد قيد التشكل؟

هذا الكتاب مكون من ثلاث أجزاء:

الجزء الأول مكون من ثلاث فصول

الفصل الأول يتحدث عن العالم ما بعد انهيار النظام العالمي الثنائي القطبية وكيف حاولت أمريكا ترتيب العالم في أفق بناء إمبراطوريتها خصوصا في شرق أوروبا ودول البلقان وأسيا الوسطى ومنطقة القوقاز وفي الشرق الأوسط .

الفصل  الثاني يسرد  أهم تجليات فشل أمريكا في بناء الإمبراطورية

في الفصل الثالث هناك حديث عن مؤشرات ظهور نظام عالمي جديد

الجزء الثاني : دول في دوامة التحولات الجيوستراتيجية العالمية(دول غرب آسيا وشمال إفريقيا)

يخلص هذا الجزء إلى أن:

دول غرب آسيا وشمال إفريقيا تتأرجح حسب مؤشر التنمية البشرية لعام 2019 بين الرتبة 42 ( الإمارات العربية المتحدة) والرتبة 177( اليمن).

من خلال قراءة التاريخ المعاصر لهذه الدول نجد أنفسنا أمام الكثير من أوجه التشابه بين الأحوال التي سادت دول المنطقة قبل دخول الاستعمار وأحوالها اليوم. وطبيعي في هكذا أوضاع أن تزداد أطماع الاستعمار في العودة إلى هذه المنطقة

دول هذه المنطقة كانت بالأمس قلاعا للاستبداد وحكم الهوى واليوم ما تزال جلها تئن تحت وطأة الاستبداد وحكم الهوى.

بالأمس كانت هذه الدول فضاءات لفساد النخب الحاكمة وغير الكفؤة واليوم ما تزال دار لقمان على حالها في جلها وبعضها  عبارة عن اقطاعيات أو ضيعات في ملكية الحكام.

بالأمس كانت هذه الدول غارقة في المديونية مما أدى إلى فقدانها استقلالية قرارها الاقتصادي واليوم نجد نفس الواقع.

بالأمس كان الاستعمار يسعى لتكريس تبعية نخب هذه الدول له واليوم تسعى هذه النخب لنيل رضى الاستعمار ليقبل بتبعيتها له..

الجزء الثالث

تحديات واكراهات تواجه دول غرب آسيا وشمال إفريقيا و النهضة مشروع مقاومة ، مقاومة نشر «الفوضى الخلاقة» المؤدية إلى إعادة ترتيب خريطة المنطقة من خلال تفتيت دولها من جديد حسب حدود الدم، كمشروع رالف بتيرز ، مخطط عوديد عينون، مخطط برنارد لويس

ومن شروط النهضة من  جديد:

مقاومة التغريب وخطر الإبادة الحضارية .

التشبث بالهوية الجامعة : حيث يسعى الاستعمار لزرع الفوضى في المنطقة مستغلا الهويات الفرعية : القومية والإثنية والطائفية والمذهبية، التي تبرز عندما يضعف الانتساب للهوية الجامعة، هوية الحضارة الإسلامية المستوعبة لكل الهويات القومية الفرعية.  

تحقيق الإصلاح السياسي وإنجاز المصالحات الوطنية

المصالحات بين دول المنطقة

– إصلاح الأوضاع الاقتصادية والاجتماعية وتحقيق ثلاث شروط للتخفيف من وطأة الأوضاع الاقتصادية والاجتماعية السيئة :

الشرط الأول : إعادة النظر في النماذج التنموية والقيام بالإصلاحات الاقتصادية المطلوبة،

الشرط الثاني، بناء مجتمعات التضامن والتكافل

الشرط الثالث ، بناء التجمعات الإقليمية والجهوية ويقترح خمس تكتلات اقتصادية : الاتحاد المغاربي، اتحاد وادي النيل ، مجلس التعاون الخليجي ، اتحاد دول الهلال الخصيب واتحاد دول غرب أسيا الإسلامية.

Pays face aux mutations géostratégiques

Cet ouvrage est une tentative de réponses aux interrogations suivantes : L’ordre mondial unipolaire est-il sur le point de s’effondrer ? Le monde est-il à l’aube d’un nouvel ordre mondial ? Quels sont les pays candidats pour diriger le monde de demain ? Et quels sont le statut et le rôle des pays d’Asie occidentale (islamique et arabe) et d’Afrique du Nord, c’est-à-dire le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, dans un tel nouvel ordre mondial qui est en train de se former ?

Ce livre est composé de trois parties :

La première partie est composée de trois chapitres.

Le premier chapitre rappelle la situation après l’effondrement de l’ordre mondial bipolaire et comment l’hégémonie US a tenté d’organiser le monde à l’horizon de la construction de son empire, notamment en Europe de l’Est, dans les Balkans, en Asie centrale, dans la région du Caucase et au Moyen-Orient.

  • Le deuxième chapitre élucide les manifestations les plus importantes de l’échec de l’Amérique à construire un empire.
  • Dans le troisième chapitre, il y a une appréhension des signes de l’émergence d’un nouvel ordre mondial.

La deuxième partie traite des pays dans l’engrenage des transformations géostratégiques mondiales (pays d’Asie de l’Ouest et d’Afrique du Nord).

Cette section constate que :

L’indice de développement humain en 2019, oscille entre le rang 42  (Émirats arabes unis) et 177 (Yémen).

En lisant l’histoire contemporaine de ces pays, on se retrouve devant de nombreuses similitudes entre les conditions qui prévalaient dans les pays de la région avant l’entrée du colonialisme et leurs conditions aujourd’hui. Il est naturel dans de telles situations que les ambitions du colonialisme attisent des convoitises.

– Les pays de cette région baignaient dans la tyrannie où régnait la fantaisie, et aujourd’hui la plupart d’entre eux gémissent dans les mêmes tares.

– Hier, les élites dirigeantes de ces pays étaient corrompues et incompétentes, et aujourd’hui la maison de Luqman Le Sage est toujours la même dans la plupart d’entre eux, et certains demeurent des fiefs ou des domaines appartenant aux dirigeants.

– Hier, ces pays étaient enlisés dans l’endettement,  faisant perdre ainsi l’indépendance de leur décision économique, et aujourd’hui on retrouve la même réalité.

– Hier, le colonialisme cherchait à perpétuer la dépendance des élites. Ces derniers cherchent aujourd’hui à obtenir l’approbation du colonialisme pour accepter leur subordination.

La troisième partie analyse les défis et les contraintes auxquels sont confrontés les pays d’Asie de l’Ouest et d’Afrique du Nord en faisant remarquer que la Renaissance est un projet de résistance; de résistance à la propagation du « chaos créatif » qui conduit à réorganiser la carte de la région par la fragmentation de ces pays à nouveau selon les “frontières du sang”, comme le projet Ralph Peters, le projet Oded Ainun et le projet Bernard Lewis.

Parmi les conditions de la renaissance :

– Résister à l’occidentalisation et au danger d’extermination culturelle.

– S’accrocher à l’identité collective : là où le colonialisme cherche à semer le chaos dans la région, profitant des sous-identités : nationale, ethnique, sectaire, qui émergent lorsque l’appartenance à l’identité collective fragilise l’identité de la civilisation islamique qui accueille toutes identités infranationales.

– Réaliser des réformes politiques et parvenir à des réconciliations nationales.

– Réconcilier les pays de la région.

– Réformer les conditions économiques et sociales et réaliser trois conditions pour atténuer les piètres conditions économiques et sociales :

Première condition : reconsidérer les modèles de développement et mener les réformes économiques nécessaires.

Deuxième condition : construire des sociétés solidaires.

Troisième condition : construire des groupements régionaux  et  proposer cinq blocs économiques : l’Union du Maghreb, l’Union de la vallée du Nil, le Conseil de coopération du Golfe, la Fédération du Croissant fertile et l’Union des États islamiques d’Asie occidentale.

Consultez l’articlehttps://assafir24.ma/154365/

Problèmes environnementaux : enjeux et défis de la durabilité

Mesdames, Messieurs, Chers membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, à une visioconférence intitulée :

Problèmes environnementaux : enjeux et défis de la durabilité

Dimanche 5 Juin 2022 à 17h30 

La conférence a été animée par Dr. Mahjoub El Haiba, Professeur de l’Enseignement Supérieur, Faculté de Droit de Casablanca et Membre du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, Maroc.

Avec la participation de:

Dr. Mohamed Behnassi, Professeur de l’Enseignement Supérieur, Faculté de Droit d’Agadir & Directeur du Centre de Recherche en Environnement, de Sécurité Humaine et Gouvernance (CERES), Maroc.

Dr. Miloud Loukili, Professeur de l’Enseignement Supérieur, Faculté de Droit – Agdal, Université Mohamed V de Rabat, Maroc.

Dr. Amal El Idrissi, Professeure de l’Enseignement Supérieur, Faculté de Droit, Université Moulay Ismail de Meknès, Maroc.

Dr. Hind Majdoubi, Professeure de l’Enseignement Supérieur, Faculté de Droit,
Université Ibn Tofail de Kénitra & Chercheuse associée au CERES,
Maroc.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été  diffusée en direct sur notre chaîne YouTube : 

www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Mahjoub El Haiba

Professeur de l’Enseignement Supérieur à la Faculté de Droit de l’Université Hassan II, Aïn Chock, de Casablanca. Consultant dans les domaines  des droits de l’Homme, des droits de l’environnement et de la justice transitionnelle. Membre du Conseil national des droits de l’Homme (catégories des experts). Ex-délégué interministériel aux droits de l’Homme.  Ex-membre ès-qualité du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Membre fondateur de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme. Fondateur et membre du Réseau Arabe de l’Environnement et du Développement (RAED), Caire.

Ex membre et Président du jury du Prix Arabe de l’Environnement. Ex membre et Président du jury du Prix Hassan II de l’Environnement. Ex Vice Doyen de la Faculté de Droit de Casablanca. Ex membre du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (décembre 2002- juillet 2005) Ex Secrétaire Général du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (juillet 2005- mars 2011). Ex membre de l’Instance Équité et Réconciliation (IER).

Hind Majdoubi

Enseignante chercheure à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, Université Ibn Tofail Kénitra. Elle est spécialisée en droit de l’environnement et le développement durable. Elle est auteure de plusieurs communications et publications sur le droit de l’environnement, le développement durable, la lutte contre le gaspillage, les OGM, le genre et le changement climatique, notamment. Également professeure invitée à l’université Jean Moulin Lyon III, France.

Amal El Idrissi

Professeure de Droit et de Sciences Politiques à l’Université Moulay Ismail de Meknès, Maroc. Elle a obtenu son doctorat en droit et sciences politiques à l’Université Hassan II de Casablanca, sous le thème: ‘Aménagement de l’eau potable dans le milieu rural’ sous la direction du professeur Mahjoub El Haiba. Elle donne des cours de droit public, elle enseigne également des cours de maîtrise en droit de l’environnement marocain et politiques publiques. Ses intérêts de recherche incluent les questions féminines dans l’Islam et le droit et les transitions constitutionnelles dans les pays MENA.

Mohamed Behnassi

Dr. Mohamed Behnassi est Professeur d’enseignement supérieur à la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales d’Agadir, Université Ibn Zohr.

Il est titulaire d’un Doctorat sur : « Les négociations environnementales multilatérales : vers une gouvernance mondiale pour l’environnement », soutenue en 2003 à la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales de l’Université Hassan II de Casablanca. Actuellement, il est Directeur du Centre de Recherche en Environnement, Sécurité Humaine et Gouvernance (CERES).

Ses domaines de recherche couvrent le droit international de l’environnement et du changement climatique, sécurité humaine, développement durable et droits humains.

Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages collectifs, d’une soixantaine d’articles et de chapitres, et un nombre très important de communications présentées aux colloques scientifiques.

Dr. Behnassi a également organisé plusieurs congrès scientifiques et coordonné des projets de recherche et d’expertise au profit des organismes nationaux et internationaux dans les domaines susmentionnés.

Il est aussi auditeur indépendant de la RSE et membre expert/évaluateur au CNRST/Maroc, IPBES/UN, Medecc/UE, EuroMeSco/UE

Miloud Loukili

Professeur de Droit de la Mer et de Droit International de l’Environnement à la Faculté de Droit, Rabat Agdal, Université Mohamed V

Ancien Directeur de l’Institut Supérieur des Etudes Maritimes (I.S.E.M.), Casablanca

Ancien Directeur de la Marine Marchande, Casablanca

Membre du Bureau du Groupement d’Etudes et de Recherches sur la Méditerranée (G.E.R.M.), Rabat

Co-Président du Conseil Scientifique du Forum de la Mer, El Jadida, Maroc (2014-2019)

Membre Fondateur du Réseau Africain du Droit de l’Environnement, Rabat, 2016

Conseiller auprès du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) pour la loi du Littoral et l’Economie Bleue.

Les Marocains Juifs : Un Exemple de Fraternisation Judéo-Arabe

Mesdames, Messieurs, Chers membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain eu a le plaisir de vous inviter à sa première visioconférence au titre de l’année 2022 intitulée :

Les Marocains Juifs : Un Exemple de Fraternisation Judéo-Arabe

Jeudi 10 Mars 2022 à 16h00 

La conférence a été animée par Monsieur Mohammed Hatimi, Professeur de l’Enseignement Supérieur à l’Université de Fès.

Avec la participation de:

Monsieur Lionel Tangy-Malca, Président de HOMA Capital. 

Monsieur Elie El Baz, Professeur de l’Enseignement Supérieur à la Faculté de Droit de Casablanca.

Monsieur Mohamed Bourras, Historien Chercheur Spécialiste en Histoire Contemporaine, Nationalisme, Partis Politiques, Juifs du Maroc et Histoire Militaire.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube : 

www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Mohammed Hatimi

Professeur d’enseignement supérieur à l’Université de Fès, professeur associé à l’Ecole des Hautes en Sciences Sociales (Paris), et l’Université Ca Foscari Venezia. Auteur de plusieurs articles sur la judéité marocaine, il a traduit à l’arabe plusieurs livres, notamment « Juifs du Maroc à travers le monde » (Robert Assaraf), et « The Mellah of Marrakech » (Emily Gottreich). Sa thèse sur l’évolution interne des communautés juives marocaines depuis 1948 à 1961, est en cours de publication. Pr. Hatimi est conférencier pour la promotion et la conservation de l’héritage juif marocain.

Lionel Tangy-Malca

Président de HOMA Capital.

Je suis né au Maroc, un pays que j’ai quitté à l’âge de 13 ans pour rejoindre Marseille où j’ai fait mes études et où j’ai eu l’avantage de devenir mari et père de trois enfants.

Sur le plan professionnel, j’ai toujours évolué dans le secteur financier pour traiter des problématiques d’investissement visant des Institutionnels.

Ma séparation de corps avec ma terre, le Maroc,  me conduit à cultiver mon amour avec celle-ci en faisant notamment la promotion de ses valeurs.

Elie El Baz

Né en 1948 à Bejaâd, Elie Elbaz est professeur de l’enseignement supérieur à la Faculté de droit de Casablanca et Professeur associé à l’Université de Bordeaux (centre d’études d’Afrique Noire). Docteur d’Etat en droit public et sciences politiques et Docteur en histoire, M. El BAZ a suivi ses études supérieures à l’université Paris-I, Pantheon- Sorbonne. Il est également diplômé de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), (4ème section : sciences religieuses). Membre actif de l’association « Akwass » à Bejaad, il œuvre dans les domaines de lutte contre la pauvreté et de l’analphabétisme, de développement culturel, de la santé et de développement de l’enseignement.

Mohamed Bourrass

Historien chercheur Spécialiste en Histoire Contemporaine/Nationalisme/ Partis politiques/Juifs du Maroc/Histoire Militaire.

FORMATION

❖ 2004 : Doctorat en Histoire contemporaine à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université de Mohammed V de Rabat. Spécialité : Histoire, U.F.R: Le Maroc et le Monde contemporain ; Sujet : Les Partis Politiques et les Juifs marocains entre la conjoncture interne et les effets de l’affaire palestinienne (1934-1967). Sous l’encadrement du professeur Mohammed Kenbib.
❖ 1995 : Diplôme des Etudes Approfondies, option : Histoire contemporaine, Université, Mohammed V, Rabat.
❖ 1994 : Licence en Lettres et Sciences Humaines, Histoire, Université Moulay Ismail, Meknès.

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

❖ Dès 1996 : Participation au projet de la base de donnée (Maroc) à la Bibliothèque Générale et Archives à Rabat (Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc), élaborée en collaboration avec la fondation Al- Saoud de Casablanca, et à la base de données « Patrimoine national », comprenant : Un recueil bibliographique : histoire politique Militaire, géographie… En plus de ces projets, j’ai été chargé de l’organisation et la classification des périodiques : Revues, Journaux du Protectorat et après l’indépendance.
❖ 1997-1999 : Secrétaire général de l’Association des Etudiants Chercheurs en Histoire : L’organisation, le développement, l’animation, les voyages d’études et de la coopération avec des Universités internationales.

PRODUCTION SCIENTIFIQUE
❖ 2022 : Contribution au colloque International organisé par l’Institut Royal pour la Recherche, Académie du Royaume du Maroc, sur l’Histoire du Maroc sur le thème : Recherche sur l’histoire du Maroc avec thème : L’histoire du Maroc via les plates-formes numériques : Entre problématique de la mémoire et pouvoir de la connaissance.

❖ 2021 : Contribution à un ouvrage collectif sur l’histoire du Maroc contemporain, entre passé et temps actuel. Œuvres dédiées à Mohammed Kenbib. F.L.S.H Rabat, Série :86. Edition : Abi Rekrak, 2021.
❖ 2019 : Présentation du livre : Les Juifs de Tétouan (1492-1900), histoire et changements entre exigence de recherche monographique et conditions du domaine et de géographie. Bibliothèque générale de Tétouan.
❖ 2017 : Contribution à un colloque organisé par l’Institut Universitaire de Recherche Scientifique à Rabat autour du sujet : Le Maroc et les pays du Golfe Arabe en polarité.
❖ 2016 : Publication d’un article scientifique dans la revue Héspris-Tamuda, Edition consacrée aux Juifs du Maroc, F.L.S.H Rabat.
❖ 2015 : Présentation du livre : Les tactiques militaires dans l’histoire du Maroc, depuis l’ère des Idrissites jusqu’aux Alaouites avant le protectorat, produit par Ahmed Bssiri, Dar Al Kalam, Rabat.
❖ 2013 : Contribution à un colloque national autour du thème : Les Elites dans l’histoire du Maroc, Œuvres dédiées à Mustapha Chapi. Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Rabat. Sujet de conférence : L’Elite politique juive au Maroc à l’ère du Protectorat et avant la création des partis politiques.

❖ 2010 : Présentation du livre : Les relations entre le Maroc et les Etats- unis, œuvre de Mohamed Ben Hachem, Université Mohamed Ibn Abdellah. Dahr Mehraz, Fès.
❖ 10-2009 : Contribution à un colloque international à Tunis autour du thème : Méditerranée et Géostratégie. Titre de conférence : Aspects civilisationnels de l’armée marocaine en Andalousie à l’ère médiévale, (Publiée).
❖ 05-2009 : Publication d’un article sur l’ouvrage de Mustapha Chapi : L’armée marocaine au XIXe siècle, Travaux scientifiques organisées par l’association marocaine de recherche historique, F.L.S.H Rabat.
❖ 10-2008 : Présentation du livre : La coopération Franco-Africaine d’Abdelhamid
Sehnaji. Travaux scientifiques de l’unité de recherche historique, Institut des Etudes Africaines, Rabat, (publiée).
❖ 04-2008 : Organisation et contribution au colloque : Les batailles dans l’histoire du Maroc, organisé par l’unité de recherche en histographie et techniques de presse et de communication. F.L.S.H. Oujda. Titre de conférence : Origines de la pensée stratégique et tactiques de bataille dans l’histographie arabe et marocaine. (Publiée).
❖ 02-2008 : Contribution au séminaire parmi les activités culturelles du Master : Maroc et environnement international à l’ère moderne et contemporaine. Titre de conférence : Le rôle de la presse dans le conflit international sur le Maroc durant la deuxième moitié du XIXe siècle. F.L.S.H, Université Mohamed Ibn Abdellah. Dahr Mehraz, Fès.
❖ 2008 : Présentation du livre : Les Algériens au Maroc de Mohamed Amettat.
Travaux scientifiques organisées par l’association marocaine de recherche historique, F.L.S.H et l’Institut Universitaire de Recherche Scientifique Rabat.
❖ 10-2008 : Contribution à un colloque international organisé par l’Université
Alakhawayn autour du thème : Fès, une histoire internationale. Titre de conférence :
La presse française régionale sur la ville de Fès à l’ère du Protectorat entre soutien de l’institution militaire française et intérêts accordés au domaine au domaine socioculturel de la ville. (Publiée).
❖ 2007 : Présentation d’une étude sur l’histoire militaire à travers l’œuvre du colonel Ahmed Bssiri : Les sources d’histoire militaire. Travaux scientifiques organisées par F.L.S.H, Université Mohamed Ibn Abdellah. Dahr Mehraz, Fès. (Publiée par la commission marocaine d’histoire militaire).
❖ 10-05-2007 : « Perspectives d’une écriture moderne d’histoire militaire : Analyse du livre : source du patrimoine militaire dans la gestion des troupes et la politique des guerres, du Colonel Ahmed Elbssiri » F.L.S.H, Université Mohamed Ibn Abdellah. Dahr Mehraz, Fès.
❖ 23-05-2007 : « Histoire militaire du Maroc : entre la naissance et les sources »,
Contribution aux journées d’étude organisées par le Département d’histoire de la Faculté des Sciences Humaines, Ain Chok, Casablanca sous le thème : Sources
d’histoire militaire du Maroc.

❖ 07-05-2007 : « La stratégie de “sécuriser” les frontières orientales du Maroc, vis-à-vis de l’Institution militaire française, avant l’institution du Protectorat, exemple le centre militaire de Taouirirte entre 1844-1912 », Contribution au colloque organisé a la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Oujda sous Kasbat Taourirte et Oued Zam : l’espace, histoire, et le développement (Publication en cours).
❖ 14-05-2007 : « Histoire militaire du Maroc : Bilan préliminaire », Hebdomadaire
Alahdate Al Maghribia, n° 2660.
❖ 2006 : Articles publiés dans le cadre des Festivités commémorant le 50° anniversaire de la création des Forces Armée Royales (2006) :
✓ Lecture dans l’ouvrage intitulé : sources du patrimoine militaire : administration
des troupes et politique de guerre, approche historique dans les contextes
militaires.
✓ Genèse d’histoire militaire : approche intellectuelle
✓ Les côtés maritimes militaires dans traités internationales du Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah : contextes juridiques dans le cadre d’union et de paix : 1757-1790.
✓ Guerre et économie pendant la 2°Guerre Mondiale : lecture dans quelques communications du 30°Congrès International d’Histoire militaire.
✓ Exploitation d’archives dans le contexte des études historiques contemporaines
entre théorie et pratique : l’Ecole Dar El Beida comme exemple.
❖ 21-26/02-2005 : Elaboration d’une recherche sur les Kasbahs du Sud marocain, avec la collaboration du CERKAS.
❖ 12-04-2005 : « Le rôle de la presse dans le conflit international sur le Maroc entre
1900-1945, Communication au colloque organisé à  la Faculté des Lettres et Sciences
Humaines d’Oujda sous le thème : Guerre et Médias dans l’histoire.
❖ 22-11-2005 : « Livre et société marocaine : problématique historique à travers l’ouvrage du Abed el Hay Kettani intitulé : l’histoire des bibliothèques musulmanes et des écrivains », contribution aux travaux des journées nationales organisées par l’Association Marocaine pour la Recherche Historique (AMRH), à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Meknès, (Publiée).
❖ 01-02/06/2004 : « Le Maroc dans les archives nationales, entre les obligations
législatives et les exigences de la recherche historique », Contribution aux journées
d’études organisées par l’Institut de la bibliographie analytique et de documentation de l’histoire du Maghreb à l’Université Sidi Mohammed Ben Abd Allah , Dhar Al Mehraz Fés, sous le thème « Le Maroc dans les archives étrangères : bibliographie analytique » en arabe ( publiée sur un site d’Internet).
❖ 02-03/10/2003 : « La presse marocaine et étrangère comme source historique à
l’époque du Sultan Moulay Youssef », Communication aux journées d’études organisées au centre des études et recherches Alaouite à Rissani, par le Secrétariat Générale du Ministère de la Culture sous le thème : « la Dynastie
Youssoufide ».

❖ 2002/12/12 : « l’importance de la presse régionale française au Maroc dans de
l’écriture de l’histoire rurale du Maroc ». Communication à une journée d’étude sous
le thème : « la recherche scientifique et l’écriture de l’histoire rurale » organisée par
la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kenitra (Publiée).
❖ 06-07/03/2002 : « la conception des chroniqueurs marocains de la compagne,
approche thématique du chroniqueur Abou Khalid Nassiri», Contribution aux journées d’études : « l’espace rural marocain, particularités et changements » organisées par la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kenitra, en arabe, (publiée).
❖ 14/04/2000 : « Aperçu sur la Presse du sud marocain après l’indépendance, 1956-1967: Du Sahara marocain à Chenguit », Contribution à la Première Rencontre Nationale sur la Culture Saharienne, organisée par la Faculté des Lettres et des
Sciences Humaines de Ben Messik à Casablanca.
❖ 18/02/2000 : Conférence à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc sur le thème : « La Presse arabe conservée à la Bibliothèque Générale dès son origine à 1956. »
❖ 1999 : « La pensée réformiste du Cheik Maa Elâinaine et Bel ârbi El Alaoui » (en
arabe), Communication au colloque Smara Citadine Spirituelle du Sahara, organisé à
Smara/ Maroc (publiée).
❖ 1998 : « Exil de Mohammed V à travers la Presse » Contribution à la journée d’études parrainée qui s’est tenue à Ouarzazate.
❖ 7-8/4/1997 : « Le Parti Démocrate de l’Indépendance et l’écho de la visite royale en 9 avril 1947 », Contribution au Colloque organisé par l’Université Mohammed V, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat sous le thème : La visite de Sidi Mohammed Ben Youssef à Tanger, 1947 (Publiée).

Les Marocains Juifs :un exemple de fraternisation judéo-arabe

Depuis quelque temps déjà, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement humain envisage d’organiser une conférence/débat sur la place des juifs dans l’histoire du Maroc.

Dans le contexte actuel d’un approfondissement et d’un élargissement des relations entre le Maroc et l’Etat d’Israël, notre Centre estime pertinent de donner une perspective historique au destin des Juifs marocains.

L’exposition en cours du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022, sur Les Juifs d’Orient : une histoire plurimillénaire à l’Institut du Monde arabe à Paris invite à mettre en évidence la spécificité marocaine, ne serait-ce que par l’apport documentaire et patrimonial de la culture juive marocaine.

Pour le projet de visio-conférence, notre Centre propose la problématique suivante :
Les Juifs marocains : un exemple de fraternisation judéo-arabe.

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement humain est légitimé à proposer des échanges sur cette problématique qui fait référence à la fois aux promesses d’un avenir sûr et prospère à l’aube de l’indépendance et à la tragédie de l’exil par vagues successives de centaines de milliers de Juifs marocains.

En effet, Mohamed Hassan Ouazzaniqui a consacré sa vie au combat pour l’indépendance de son pays dès les années 1930 et à la promotion de la démocratie dans un Maroc souverain, s’est prononcé avec vigueur pour rassurer ses compatriotes juifs au moment où des craintes surgissaient sur leur présence et leurs droits suscitées par des propos démagogiques de certains dirigeants politiques et publicistes.

Une réflexion pourrait être ainsi développée à partir des écrits de Mohamed Hassan
Ouazzani ( voir notamment en annexe la reproduction de la page du Journal démocratie, illustrant l’accueil au Cercle de l’Union israélite à Casablanca, le 10 février 1957.)

Dans l’ouvrage Entretiens avec mon père : http://mohamedhassanouazzani.org/entretiensavec-
mon-pere/ (aussi en arabe), Izarab Ouazzani a reproduit plusieurs documents
rassemblés par son père en vue de la rédaction de ses mémoires pour la période 1945-1955, (dont il n’a pas pu achever la rédaction). Le chapitre 7 traite : Les Israëlites marocains, p. 213-218. Il y est justement question d’une « fraternisation judéo-arabe … qui serve d’exemple dans le monde ».

Aux yeux de Mohamed Hassan Ouazzani et des dirigeants de son Parti, le PDI, les Israélites marocains, du fait notamment de leur éducation, de leur formation professionnelle sont appelés à apporter une contribution importante à la mise en place d’un Maroc nouveau, orienté vers la modernité ; leur contribution à la création et à la consolidation d’institutions démocratiques était attendue, car souhaitée par les élites israélites. « L’égalité doit régner entre tous les citoyens… dans tous les domaines » et sans discrimination », proclamait le PDI.

Si en effet, les nouveaux ministères et agences créés au moment de l’indépendance ont compté de nombreux cadres israélites, très rapidement ils ont été dissuadés, voire écartés. Sur cette question, il serait intéressant d’avoir des données plus précises ainsi que des témoignages qui documenteraient le ratage de cette « fraternisation » prometteuse au moment de l’indépendance.

Pour sa part, Mohamed Hassan Ouazzani a déploré cette dérive vers l’exclusion qui a privé le Maroc d’importantes et précieuses ressources humaines au moment où elles étaient indispensables pour la modernisation du pays et l’instauration d’institutions démocratiques authentiques.

Jusqu’à la fin de sa vie, nombreux ont été les témoignages d’Israélites marocains, restés fidèles à leur « combattant patriotique » et tous affectés par l’échec du Maroc nouveau de fraternité.

A partir de cette référence historique, il serait important d’aborder quelles peuvent être les perspectives d’une fraternisation renouvelée entre tous les Marocains d’origine qu’ils soient musulmans ou israélites, émigrés dans le monde entier. En effet, il y a des fraternisations prometteuses dans les diasporas qu’il serait intéressant de mettre en évidence : cercles culturels ou programmes de coopération en faveur du développement humain, éducatif, culturel, socio-économique etc.

Pour cette visioconférence par le biais de zoom, il serait souhaitable d’associer 4-5
intervenants tant du Maroc que de l’étranger, ce qui permet de constituer un panel idéal pour permettre des échanges (voir nos précédentes conférences :
http://mohamedhassanouazzani.org/activites-2/conferences/ ).

 

Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement humain
Février 2022

محمد بن الحسن الوزاني والمغاربة اليهود
ما بين المطلب السياسي الوطني والفعل اللبرالي القومي 1934 – 1967
محمد برا ص
أستاذ التاريخ المعاصر
الورقة العلمية

غالبا ما يصنف محمد بن الحسن الوزاني على رأس زعماء الحركة الوطنية، الذين تشبعوا بالفكر الغربي. ولد
في العام عشرة وتسعمائة وألف للميلاد، وتوفي في العام ثمان وسبعون وتسعمائة وألف، حيث واكب بذلك مرحلتين
.أساسيتين: فترة الحماية ومرحلة الاستقلال. فكان في كلتا المرحلتين المحرك الرئيس لتياره السياسي

اهتم محمد بن الحسن الوزاني بالعمل السياسي منذ وقت مبكر، فبرز دوره الفعال على الساحة السياسية
الوطنية، سواء داخل التنظيمات السرية التي أنشأها الشباب المغربي المثقف، أو تلك التي انخرطت فيها العناصر
المغربية إلى جانب الزعامات العربية. وبهذا، فإن المساهمة العلمية المقترحة ستعمل على تسليط الضوء على المضامين
الفكرية لمحمد بن الحسن الوزاني في تأطير ه السياسي للمغاربة اليهود، مع تحديد معالم مسار نشاطه الحزبي والسياسي
بشكل عام. كل ذلك في علاقته بالتطو رات السياسية التي عرفها المغرب ضمن فترة الحماية الفرنسية، وبالضبط من ذ
نشأة العمل السياسي للحركة الوطنية إلى حدود العام 1955 ، وما واكب تلك الفترة من مشاورات سياسية حول عدد من القضايا التي تهم المغرب المستقل. بما في ذلك، تحديد ه لمفهوم المواطنة بالنسبة لجميع المغاربة مسلمين ويهود
كما ستنكب هذه المساهمة العلمية أيضا ، على رصد مواقف محمد بن الحسن الوزاني الفكرية والسياسية تجاه
المغاربة اليهود في المغرب المستقل، أي من العام 1956 إلى حدود العام 1967 . مع الأخذ بعين الاعتبا ر ما واكب
المرحلة التاريخية المعنية من مخاص سياس ي وتحولا ت عميقة طبعت المغرب الحديث. علما أن المساهمة تمثل في .عمقها
مشروع كتاب نعمل على إنجازه مستقبلا حول علاقة الأحزاب الوطنية بالمغاربة اليهود بشكل عام
:وتتضمن المداخلة المحاور الكبرى التالية
المحور الأول: محمد بن الحسن الوزاني والمغاربة اليهود في ظل نشاط كتلة العمل الوطني 1934 – 1937
المحور الثاني: محمد بن الحسن الوزاني والمغاربة اليهود في سياق نشاط حزب الشورى والاستقلال 1946 – 1955
المحور الثالث: محمد بن الحسن الوزاني والمغاربة اليهود بالمغرب المستق ل 1956 – 1967 .

Les Marocains Juifs : un exemple de fraternisation judéo-arabe              

INTRODUCTION

 

Au nom du CENTRE MOHAMED HASSAN OUAZZANI POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT HUMAIN, j’ai le plaisir de vous inviter à prendre part à cette visioconférence intitulée Les Juifs marocains : un exemple de fraternité judéo-arabe.

Pour animer la conférence et apporter leurs éclairages, notre Centre se réjouit d’accueillir des spécialistes de l’histoire des Juifs du Maroc : le professeur Mohamed Hatimi et le Professeur Mohamed Bourras, tous deux de l’Université de Fès. Leurs recherches et leurs publications renouvellent de façon significative les connaissances sur la situation des Israélites et de leurs relations avec leurs voisins ou partenaires musulmans.

Etant donné la dimension profondément humaine et mémorielle de la situation particulière des Juifs au Maroc, nous avons tenu à associer des intervenants en tant que témoins de leur« vécu marocain ». Je tiens à remercier pour sa disponibilité Monsieur le Professeur Elie Elbaz à apporter son témoignage et son analyse ; il s’est illustré pendant des années à la Faculté de Droit à Casablanca et dans d’autres universités au Maroc et à l’étranger ; il est aussi un membre actif du Conseil national des Droits humains.

Je suis aussi très heureuse d’accueillir Monsieur Lionel Tangy-Malca qui s’est proposé très spontanément et avec enthousiasme d’apporter,depuis Paris où il réside, le témoignage de son attachement indéfectible à sa patrie marocaine ; exerçant des activités dans le monde des affaires au niveau international, ses commentaires et ses suggestions nous permettront de prendre conscience des opportunités qui s’offrent au Maroc dans la compétition mondiale.

Depuis quelque temps déjà, le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement humain se proposait d’organiser une conférence/ débat, voire un colloque scientifique sur la place des Juifs dans l’histoire du Maroc.  La pandémie a retardé et empêché d’organiser une séance en présentiel selon nos pratiques depuis des années ; elle nous a contraints en 2020 et 2021 àrecourir à des visioconférences, toutes disponibles sur notre site et sur Youtube.

En ce début d’année 2022, par précaution sanitaire, nous proposons encore de recourir à la visioconférence, notamment pour aborder aujourd’hui la situation des Juifs marocains, leurs liens personnels et affectifs avec leur pays de naissance ou d’origine, liens porteurs de perspectives nouvelles et prometteuses.

En effet, dans le contexte actuel d’un approfondissement et d’un élargissement des relations entre le Maroc et l’Etat d’Israël, notre Centre estime pertinent de donner une perspective historique au destin des Israélites marocains, dont une part importante a émigré en Israël, population émigrée qui procure une assise significative au partenariat entre les deux pays.

Par ailleurs, l’exposition en cours du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022, sur Les Juifs d’Orient : une histoire plurimillénaire à l’Institut du Monde arabe à Paris invite à mettre en évidence la spécificité marocaine, ne serait-ce que par l’apport documentaire et patrimonial de la culture juive au Maroc.

De nombreux documents et témoignages montrent la profonde imbrication des cultures juive et musulmane de façon impressionnante dans les diverses régions du Maroc, bien au-delà des grandes cités impériales ou portuaires qui servent souvent de référence.

Signalons encore la diffusion récente d’un documentaire original, passionnant et émouvant, intitulé ZIYARA qui illustre de façon remarquable l’attachement des Israélites aux lieux exceptionnels de mémoire que sont les cimetières et les sanctuaires de Saints vénérés à travers le Maroc. Madame Simone Bitton, autrice de ce film d’une grande authenticité que nous avons souhaité associer à notre séance n’a pas été disponible à notre grand regret. En effet, les séquences de nombreux témoignages qu’elle a recueillis et commentés illustrent de façon exemplaire la thématique proposée ici de la fraternisation entre Juifs et Musulmans au Maroc en tant que réalité vécue de part et d’autre.

Notre Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement humain estime en effet qu’il est particulièrement légitimé à proposer des échanges sur cette problématique qui nous invite à évoquer les  promesses d’un avenir sûr et prospère à l’aube de l’indépendance ainsi que la tragédie de l’exil, par vagues successives, de centaines de milliers de nos compatriotes israélites.

En effet, Mohamed Hassan Ouazzani a consacré sa vie au combat pour l’indépendance de son pays dès les années 1930 et à la promotion de la démocratie dans un Maroc souverain ; il s’est prononcé avec vigueur pour rassurer ses compatriotes juifs au moment où des craintes surgissaient sur leur présence et leurs droits ; ces craintes étaient suscitées par des propos démagogiques de certains dirigeants politiques et publicistes ; en outre, elles étaient alimentées par des attentats, des meurtres et  des disparitions qui présageaient du pire au moment de l’accession du Maroc à l’indépendance.

D’ailleurs, durant cette période trouble des années 1950, Mohamed Hassan Ouazzani s’est évertué, lors de rencontres avec des responsables de la communauté israélite marocaine et dans ses interviews,  à insister sur la parfaite égalité des droits entre musulmans et israélites dans le Maroc nouveau ; à son avis, ce nouveau Maroc devait se  libérer du colonialisme,  des féodalités et du sectarisme qui bloquaient l’établissement d’institutions démocratiques, condition indispensable à l’accession du pays  à la modernité et à son unité.

Mon père ne ménagea pas ses interventions auprès des organisations juives à l’étranger, notamment lors d’entretiens avec le bureau de l’Agence juive à Genève en 1955. Dans ses mémoires, le directeur de ce bureau rend compte des initiatives et promesses échangées avec des dirigeants des mouvements nationalistes marocains et en particulier du Parti démocrate de l’Indépendance (PDI) de Mohamed Hassan Ouazzani, et cela en vue d’assurer un avenir de paix et de prospérité à la communauté israélite au Maroc.

De retour dans son pays après l’indépendance, Mohamed HassanOuazzani a tenu à inviter tous les compatriotes israélites à se mobiliser pour l’édification d’un Maroc démocratique. Son discours lors de son accueil par la communauté israélite au Cercle de l’Union à Casablanca, le 10 février 1957, en est une parfaite illustration.

Permettez-moi de vous lire un extrait de son discours en réponse aux paroles du Président de cette assemblée, Monsieur Sam Nahon, qui a rappelé, je le cite :

« Dès le début du mouvement nationaliste, le leader du PDI se penchait avec générosité, humanisme et intelligence sur le problème du judaïsme marocain.   … Dès cette époque, alors que le Maroc n’avait pas conscience des problèmes modernes, en grand précurseur, M. Ouazzani prêchait l’égalité et la fraternité entre les différentes communautés religieuses du Maroc ».

Répondant à cette sympathique introduction, Mohamed Hassan Ouazzani déclare :

« Nous restons fidèles à notre lutte. Quand nous avons entrepris avec nos compagnons la libération du sol national, nous étions persuadés que cette libération n’était valable qu’autant qu’elle libérait tous les citoyens marocains – et vous êtes, camarades de confession israélite, d’authentiques citoyens de ce noble pays ».

« L’indépendance acquise doit vous apporter comme à tous les Marocains de grandes satisfactions morales et matérielles. Vous avez des devoirs à l’égard de votre pays, mais aussi des droits. Je vous demande d’œuvrer à parfaire l’indépendance et l’unité de notre pays et à travailler pour contribuer à sa prospérité ».

« En revanche, citoyens marocains de confession israélite, vous avez le droit de vivre en paix, respectés et libres. – Aucune entrave ne doit gêner le plein épanouissement de votre personnalité – le PDI est votre parti, il ne fait aucune différence entre ses adhérents de confession israélite et musulmane – il répond au génie de votre race qui est profondément démocratique – Le PDI ne créera pas de formation spéciale pour les Israélites. En tant que Marocains, ils doivent vivre dans les mêmes formations que les Musulmans. Car c’est en se côtoyant, en se fréquentant, en souffrant ensemble et en triomphant en commun des difficultés que l’on apprend à s’estimer, à s’aimer ».

(fin de la citation à partir du Journal Démocratie du 17 février 1957, accessible en ligne sur le site de notre Centre)

Je tiens encore à signaler que dans l’ouvrage Entretiens avec mon père (qui est aussi en arabe), mon regretté frère Izarab Ouazzani a reproduit plusieurs documents rassemblés par notre père en vue de la rédaction de ses mémoires pour la période 1945-1955, (dont il n’a pas pu achever la rédaction). Le chapitre 7 a pour titre : Les Israélites marocains, p. 213-218. Il y est justement question d’une « fraternisation judéo-arabe … qui serve d’exemple dans le monde ».

Aux yeux de Mohamed Hassan Ouazzani et des dirigeants de son Parti, le PDI, les Israélites marocains, du fait notamment de leur éducation, de leur formation professionnelle sont appelés à apporter une contribution importante à la mise en place d’un Maroc nouveau, orienté vers la modernité ; leur contribution à la création et à la consolidation d’institutions démocratiques était attendue, car souhaitée par les élites israélites. « L’égalité doit régner entre tous les citoyens… dans tous les domaines » et « sans discrimination », proclamait le PDI dans ses nombreuses interventions et publications. Faut-il rappeler que des intellectuels et des experts israélites ont fourni des articles ou des chroniques dans plusieurs numéros du Journal Démocratie entre 1957 et 1958 et dans d’autres publications du partiet dans divers journaux. Je signale notamment les articles d’un très jeune Victor Malka qui animera pendant des années une émission sur la culture juive sur France culture.

Par ailleurs, si les nouveaux ministères et agences créés au moment de l’indépendance ont compté de nombreux cadres israélites, très rapidement ils ont été dissuadés, voire écartés de leurs postes. Sur cette question, il serait intéressant d’avoir des données plus précises ainsi que des témoignages qui documenteraient le ratage de cette « fraternisation » prometteuse au moment de l’indépendance.

Pour sa part, Mohamed Hassan Ouazzani a déploré cette dérive vers l’exclusion qui a privé le Maroc d’importantes et précieuses ressources humaines au moment où elles étaient indispensables pour la modernisation du pays et l’instauration d’institutions démocratiques authentiques.

Jusqu’à la fin de sa vie, nombreux ont été les témoignages d’Israélites marocains, restés fidèles à leur « combattant patriotique » et tous affectés par l’échec du Maroc nouveau de fraternité.

A partir de cette référence historique, il serait important d’aborder quelles peuvent être les perspectives d’une fraternisation renouvelée entre tous les Marocains d’origine qu’ils soient musulmans ou israélites, émigrés dans le monde entier. En effet, il y a des fraternisations prometteuses dans les diasporas qu’il serait intéressant de mettre en évidence : cercles culturels ou programmes de coopération en faveur du développement humain, éducatif, culturel, socio-économique etc.

C’est dire que la question que nous allons aborder aujourd’hui soulève des interrogations à propos de faits historiques oubliés ou délibérément escamotés ; elle ouvre aussi des perspectives sur la prise en compte d’atouts solides en faveur de l’élaboration d’une mémoire partagée entre citoyens musulmans et israélites ; cette mémoire peut non seulement entretenir, mais surtout développer des opportunités d’échanges pacifiques et féconds en référence aux racines communes des deux communautés.

Je suis certaine que nos intervenants sauront apporter des éclairages passionnants et inspirants, non seulement sur les résultats de leur recherche académique, mais aussi sur les vécus des uns et des autres.

Il me reste à remercier encore une fois tous nos intervenants et à saluer aussi le public auquel cette visioconférence est ouverte, public d’ailleurs invité à exprimer ses observations et ses questions par message.

 

 CONCLUSION

A l’issue de ces passionnants exposés et des échanges qui les ont magnifiquement prolongés, je tiens encore à remercier tous les intervenants.

Leurs propos contribuent à la mise en évidence  de l’importance du patrimoine humain, culturel et moral du judaïsme marocain, présent depuis des millénaires dans notre espace maghrébin. L’exil malheureux et regrettable de la grande partie de cette communauté ne doit pas effacer de notre histoire cette expérience privilégiée d’un vivre ensemble et encore moins de notre mémoire nationale.

L’attachement profond et pas seulement émotionnel de milliers d’Israélites établis de par le monde à leurs racines marocaines est un fait qui doit être reconnu par l’ensemble de la population marocaine.  Les programmes d’enseignement général et professionnel devraient apporter des connaissances essentielles sur la présence juive au Maroc et de ses apports importants à l’histoire et à la culture de notre pays.

Les expériences passées d’un “vivre ensemble” entre les communautés juives et musulmanes invitent à nourrir la voie à des dynamiques de nouvelles coopérations fraternelles, notamment dans les diasporas respectives. Ces potentiels de coopération sont des opportunités pour le développement des institutions et des pratiques démocratiques aussi bien au Maroc que dans les populations émigrées.

Notre pays pourra ainsi s’assurer de nouvelles perspectives de développement humain et socio-économique et d’un rayonnement à la hauteur de son prestige historique comme le rêvait mon vénéré père, Mohamed Hassan Ouazzani.

Houria Ouazzani

10 mars 2022

La Fuite des Cerveaux. Cas du Maroc

Mesdames, Messieurs, Chers membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa dernière visioconférence au titre de l’année 2021 intitulée :

LA FUITE DES CERVEAUX

Cas du Maroc

Vendredi 10 Décembre 2021 à 15h00 

La conférence a été  animée par Monsieur Mountasser FASSI-FIHRI, Dirigeant d’entreprise.

Avec la participation de:

Monsieur Najib EL KARKOURI, Ingénieur de formation et Directeur Général de l’Ecole Hassania des Travaux Publics

Monsieur Guevara NOUBIR, Professeur à Northeastern University, Boston, USA.

Monsieur Hicham GUESSOUS, Ing. Civil EPFL – Chef de projets Lots Techniques et Énergétiques Chez HRS à Lausanne et Président ACOMS (Association des Cadres d’Origine Marocaine en Suisse).

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube : 

www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Montasser Fassi-Fihri

M. FASSI-FIHRI est dirigeant d’une entreprise dans le secteur des technologies de l’information et administrateur de plusieurs PME marocaines. Il est également consultant expert en organisation et gestion des risques.

Il a été président fondateur de la première association marocaine pour le Risk Management en 2008 et co-auteur d’un ouvrage collectif sur les Indicateurs et Tableaux de bord aux éditions AFNOR.

Najib El Karkouri

Ingénieur de formation, Directeur Général de l’Ecole Hassania des Travaux Publics

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

2020 : Directeur de la Stratégie, du Financement et de la Coopération au Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau,

2018 : Directeur des Ressources Humaines au Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau,

2013 : Directeur des Systèmes d’Information au Ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique,

 

 

Hicham Guessous

Natif de Casablanca où je suis né et grandi; je suis venu en Suisse pour faire mes études d’ingénierie civile à l’EPFL.
Durant mon cursus académique, j’ai entre autres eu la chance d’étudier une année à l’Ecole Centrale Paris où j’étais Vice-Président du Club Centrale Maroc en 2012/2013.
J’ai occupé à l’EPFL le poste de Président de l’Association des étudiants Polytechniciens Marocains de Lausanne en 2013/2014.
Je suis membre de l’Association des Cadres d’Origine Marocaine en Suisse depuis 2017. J’ai occupé le poste de secrétaire général de l’association en 2018, et en suis le président depuis 2019. Dans le cadre de mes fonctions au sein de l’ACOMS, j’ai notamment eu l’opportunité de participer à plusieurs projets de collaboration entre la Suisse et le Maroc (organisation du symposium sur l’innovation 2019 par l’ACOMS à Casablanca à l’UM6SS, diverses actions caritatives, réalisation d’une note destinée à la CSND, etc.)
En ce qui concerne le côté professionnel, je travaille dans le secteur de la construction, et me suis spécialisé dans le domaine des lots techniques et énergétiques (chauffage, froid, ventilation, sanitaire, électricité, automatisme du bâtiment, labels énergétiques). J’ai d’abord travaillé plus de 5 ans au sein de Losinger Marazzi (Bouygues Construction en Suisse) avec des va et vient entre la direction travaux et la direction technique.
J’ai rejoint depuis 2019 l’entreprise suisse de construction HRS, dans laquelle j’occupe le poste de chef de projets, et suis à la fois rattaché à la direction “Réalisation” et à la direction “Calculation et BIM”. J’ai la chance de pouvoir participer à la conception et la réalisation de projets d’envergure et de différentes natures (Logements, Hospitalier, Laboratoires, Bureaux, etc.)

Guevara Noubir

Guevara Noubir is a Professor at Northeastern University. His research interests span a range of problems on the theory and practice of privacy, security, and robustness in networked systems.  Dr. Noubir holds a PhD in CS from EPFL and MS in CS (diplôme d’ingénieur) from ENSIMAG, France. He held research and visiting positions at CSEM SA, EPFL, Eurecom, MIT, and UNL. Professor Noubir received several research awards including the US National Science Foundation CAREER Award, Google Faculty Research Award on Privacy, multiple best paper awards, and led award winning teams in several competitions including the DARPA Spectrum Collaboration Challenge (SC2).

Publications: https://www.ccs.neu.edu/home/noubir/publications.html

Hémorragie des talents, entre contretemps et liberté !

Mountasser Fassi-Fihri

D’aucuns parlent aujourd’hui de l’intensification de la « fuite des cerveaux » et
de ses hypothétiques et fâcheuses répercussions sur une économie toujours en
quête de croissance équilibrée.
Quels sont les enjeux de ce phénomène et quelle en est l’ampleur aujourd’hui ?
Quelles catégories socio-professionnelles et quels métiers sont concernés ?
S’agit-il d’une nouvelle donne générée par une globalisation ayant atteint son
paroxysme ? Cela aurait-il vraiment un impact négatif sur notre économie ou
sommes-nous face à une énième surenchère politique ? Quelles en seraient les
raisons ? Serait-il possible de les contenir ou d’en réduire les effets ? Quelles
mesures prévoir dans le cadre de notre futur modèle de développement ?
Telle est la problématique dont nous tenterons de saisir le sens et pour laquelle
nous proposerons des réflexions concrètes, à même de nourrir la dynamique
d’action économique et politique.

La Fuite des Cerveaux : défis et opportunités

Najib El Karkouri

Loin d’être un nouveau phénomène, la fuite des cerveaux s’intensifie d’année en année, et constitue d’une part un défi pour les entreprises qui sont confrontées à un turnover très important, et d’autre part une opportunité de développement des pays d’origine grâce aux compétences et savoirs investis par les expatriés après leur retour. Comment endiguer cette exode et quelles sont les principaux leviers à activer pour favoriser le retour des talents et bénéficier de leurs expertises ?

La Fuite des Cerveaux. Cas du Maroc

Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Mesdames, Messieurs, Chers Membres

En référence aux idées de Mohamed Hassan Ouazzani, à l’occasion de la 42ème commémoration de son décès (1910-1978) et à l’occasion de la Journée Internationale de la Démocratie, le Centre a organisé une visioconférence intitulée :

Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Samedi 02 Octobre 2021 à 14h00 

Avec la participation de :  

 Monsieur Mostafa Bouaziz, Historien, Professeur de l’Enseignement Supérieur et Président de la séance.

 Monsieur Mohamed Mouaquit, Professeur de Sciences Politiques à l’Université Hassan II de Casablanca.

Madame Latifa El Bouhsini, Universitaire spécialiste de l’Histoire des Femmes.

 Monsieur Reda Benkirane, Sociologue et Spécialiste en Affaires Internationales.

Monsieur Maarouf Dafali, Historien et Professeur de l’Enseignement Supérieur 

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été  diffusée en direct sur notre chaîne YouTube :

 www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Mostafa Bouaziz

Historien, titulaire d’un Doctorat d’Etat à l’Université Paris I Panthéon –Sorbonne et d’un diplôme de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Il est actuellement Professeur de l’Enseignement Supérieur à l’université Hassan II de Casablanca. Il est également Conseiller scientifique de la revue Zamane et membre fondateur de l’Association Marocaine de la recherche historique.

Mostafa Bouaziz a contribué à la rédaction de plusieurs articles dans la presse marocaine et est aussi l’auteur de plusieurs livres et ouvrages dont : Aux origines de la Koutla démocratique (éditions de la Faculté des lettres Aïn Chok, 1997).

Mohamed Mouaquit

Mohamed Mouaquit est  docteur d’Etat en Sciences Politiques de l’Université Paris II. France. Il est actuellement professeur  de sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. Université Hassan II AïnChok de Casablanca…Lire la suite.

 

Latifa El Bouhsini

Latifa El Bouhsini est professeure à la faculté des sciences de l’éducation à Rabat, formatrice spécialiste de l’approche genre et droits des femmes. Elle est membre du bureau national de l’École citoyenne des études politiques au Maroc depuis 2012.

Latifa El Bouhsini est docteure en histoire des civilisations, chercheuse dans le domaine de l’histoire des femmes et du mouvement féministe au Maroc. Activiste féministe de gauche, elle est également fondatrice de l’Union d’action féministe en  et membre du bureau national de l’organisation marocaine des droits de l’homme.

Publications en français 

  • Les métiers féminins dans le Maroc médiéval, Ouvrage collectif, Université Ibn Tofaïl, 2005.
  • Le féminisme au Maroc : histoire d’une évolution difficile, 2008.
  • Mouvement des droits humains des femmes : approche historique et archivistique, Ouvrage, 2014.
  • Maroc : acquis et limites du mouvement des femmes dans un ouvrage collectif intitulé, « Etat des résistances dans le Sud Mouvements de femmes », éd, Syllepse, décembre 2015.
  • Une lutte pour l’égalité racontée par les féministes marocaines, la revue « Rives », Université d’Aix-en Provence, mars 2016.
  • L’évolution historique de la participation politique des femmes au Maroc : lecture critique selon l’approche genre, ouvrage collectif, Université Cadi Ayad, Marrakech, 2016.
  • “Les rescapées de l’oubli dans les écrits et dans l’historiographie du
    Maroc entre le XIème et le XIVème siècle, Hesperis-Tamuda, Vol-56, 2021.

Reda Benkirane

Reda Benkirane est titulaire d’un master en études du développement et d’un DEA en sociologie urbaine et anthropologie culturelle de l’institut des hautes études internationales et du développement de Genève, d’un doctorat en philosophie de l’université de Lyon, est sociologue et expert auprès des Nations Unies et d’agences internationales.

Site personnel : www.archipress.org/reda

Livres 

Dernier ouvrage paru : Islam, à la reconquête du sens, Casablanca, La Croisée des Chemins, 2021.

Démographie et géopolitique. Étude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, Hermann, 2015.

La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences, Paris, Le Pommier, 2002, 2006 et 2013.

Le Désarroi identitaire. Jeunesse, arabité et islamité contemporaines, préface de Salah Stétié, Paris, Cerf, 2004 ; Casablanca, La Croisée des Chemins, 2012.

 

Mohamed Maarouf Dafali

Mohamed Maarouf Dafali est Vice-Président du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain.

Docteur d’état en Histoire moderne, il enseigne actuellement à la Faculté de Lettres de Ain Chock.

 

Droits des femmes et combat démocratique au Maroc

Latifa El Bouhsini

La question des droits des femmes a constitué un des leviers du combat pour la construction d’un Etat indépendant et démocratique. L’évolution progressive de la situation des femmes notamment dans des domaines tels que l’éducation et l’emploi salarié a contribué à l’émergence d’une élite militante féministe qui a réussi à positionner cette question au cœur de l’agenda relatif au développement. Par ailleurs, l’expérience marocaine des luttes pour la reconnaissance de l’égalité femmes hommes a démontré que cette dernière est tributaire du combat pour la démocratie et les progrès en matière de développement. Les énormes défis que pose la problématique des droits des femmes au Maroc nécessite son inscription dans une vision plus large et appelle une prise de conscience qui capitalise sur les leçons des différentes expériences précédentes.

Brève histoire du développement.Évolution, critique et dépassement

Reda Benkirane

La notion de développement est intimement liée à la modernisation et à l’édification d’États-nations,eux-mêmes en compétition pour la croissance économique et l’octroi de puissance géopolitique qu’elle confère. Depuis deux siècles, le développement a eu différentes significations, au fur et à mesure qu’ils’est déployé et généralisé, et que ses conséquences immédiates sur les sociétés et l’environnement se sont manifestées. Une brève histoire du développement permet d’appréhender l’évolution de cette notion de frappe occidentale, sa critique par diverses institutions et théories spécialisées et son dépassement à l’heure de l’« alerte rouge pour l’humanité » signalée par les rapports successifs sur le réchauffement climatique d’origine humaine et les conséquences catastrophiques qui se font déjà voir un peu partout : augmentation de la température moyenne,démultiplication des cataclysmes naturels, raréfaction des ressources naturelles, étalement du continent plastique au sein des océans,  élévation du niveau de la mer, disparition de territoires insulaires, inégalités fractales et migrations de populations. A l’échelle mondiale, le défi n’est plus tant d’opter pour d’autres modèles de développement, mais de trouver une alternative viable au développement, à la croissance et aux excroissances engendrées par le primat économique – libre-échange et laisser-faire –, la marchandisation et la consommation infinie.

 

 التنمية السياسية أساس التنمية الشاملة : اطلالة على الرؤية التنموية لدى محمد بن الحسن الوزاني

  محمد معروف الدفالي

يهتم الموضوع باختلاف الاقطاب الرئيسيه للحركة الوطنية في العقدين الأولين لعهد الاستقلال حول الوسائل  والعمليات التنموية القادرة على مواجهة التحديات الجديدة للمغرب المستقل وتحضيره للمستقبل . وبمحاورة اقتراح محمد بن الحسن الوزاني انطلاقا من قناعاته الليبرالية ، استراتيجية الاعتماد على بناء المؤسسات الديمقراطية ، إيمانا منه باولوية التنمية السياسية ، وبقدرتهاعلى فتح المجال لغيرها ، من تنمية اقتصادية واجتماعية ، وكذا دورها في الانفتاح على مداخل الحداثة .والمعاصرة

Démocratie et Développement au Maroc : Potentialités et Limites

Le Droit International de l’Environnement : Bilan et Perspectives

Mesdames, Messieurs, Chers Membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa quatrième visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

Le Droit International de l’Environnement : Bilan et Perspectives

Samedi 05 Juin 2021 à 11h30 

La conférence a été animée par Monsieur Mahjoub El Haiba,  Professeur de l’enseignement supérieur, Consultant en droits de l’Homme, Justice transitionnelle et droit de l’environnement, Membre expert du comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

Et modérée par Monsieur Miloud Loukili, Professeur de Droit de la Mer et de Droit International de l’Environnement à la Faculté de Droit, Université Mohamed V Rabat Agdal.

Avec la participation de :  

Madame Hind Majdoubi, Professeure de l’enseignement supérieur à l’Université Ibn Tofail de Kénitra.

 Monsieur Mohamed Benhassi, Professeur de l’Enseignement Supérieur et Expert en environnement, changement climatique et sécurité humaine.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été  diffusée en direct sur notre chaîne YouTube :

 www.youtube.com/user/FondationMHO

Avec nos meilleures salutations.

Mahjoub EL HAIBA

Professeur de l’Enseignement Supérieur à la Faculté de Droit de l’Université Hassan II, Aïn Chock, de Casablanca. Consultant dans les domaines  des droits de l’Homme, des droits de l’environnement et de la justice transitionnelle. Membre du Conseil national des droits de l’Homme (catégories des experts). Ex-délégué interministériel aux droits de l’Homme.  Ex-membre ès-qualité du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Membre fondateur de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme. Fondateur et membre du Réseau Arabe de l’Environnement et du Développement (RAED), Caire.

Ex membre et Président du jury du Prix Arabe de l’Environnement. Ex membre et Président du jury du Prix Hassan II de l’Environnement. Ex Vice Doyen de la Faculté de Droit de Casablanca. Ex membre du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (décembre 2002- juillet 2005) Ex Secrétaire Général du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (juillet 2005- mars 2011). Ex membre de l’Instance Équité et Réconciliation (IER).

Hind MAJDOUBI

Enseignante chercheure à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, Université Ibn Tofail Kénitra. Elle est spécialisée en droit de l’environnement et le développement durable. Elle est auteure de plusieurs communications et publications sur le droit de l’environnement, le développement durable, la lutte contre le gaspillage, les OGM, le genre et le changement climatique, notamment. Également professeure invitée à l’université Jean Moulin Lyon III, France.

Miloud LOUKILI

Professeur de Droit de la Mer et de Droit International de l’Environnement à la Faculté de Droit, Rabat Agdal, Université Mohamed V

Ancien Directeur de l’Institut Supérieur des Etudes Maritimes (I.S.E.M.), Casablanca

Ancien Directeur de la Marine Marchande, Casablanca

Membre du Bureau du Groupement d’Etudes et de Recherches sur la Méditerranée (G.E.R.M.), Rabat

Co-Président du Conseil Scientifique du Forum de la Mer, El Jadida, Maroc (2014-2019)

Membre Fondateur du Réseau Africain du Droit de l’Environnement, Rabat, 2016

Conseiller auprès du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) pour la loi du Littoral et l’Economie Bleue

 

Mohamed BEHNASSI

Dr. Mohamed Behnassi est Professeur d’enseignement supérieur à la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales d’Agadir, Université Ibn Zohr.

Il est titulaire d’un Doctorat sur : « Les négociations environnementales multilatérales : vers une gouvernance mondiale pour l’environnement », soutenue en 2003 à la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales de l’Université Hassan II de Casablanca. Actuellement, il est Directeur du Centre de Recherche en Environnement, Sécurité Humaine et Gouvernance (CERES).

Ses domaines de recherche couvrent le droit international de l’environnement et du changement climatique, sécurité humaine, développement durable et droits humains.

Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages collectifs, d’une soixantaine d’articles et de chapitres, et un nombre très important de communications présentées aux colloques scientifiques.

Dr. Behnassi a également organisé plusieurs congrès scientifiques et coordonné des projets de recherche et d’expertise au profit des organismes nationaux et internationaux dans les domaines susmentionnés.

Il est aussi auditeur indépendant de la RSE et membre expert/évaluateur au CNRST/Maroc, IPBES/UN, Medecc/UE, EuroMeSco/UE

 

Le Droit International de l’Environnement : Bilan et Perspectives

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Mesdames, Messieurs, Chers Membres

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa troisième visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Jeudi 29 Avril 2021 à 12h00 

La conférence a été animée par Madame Mouna Hachim, Femme de lettres, Chroniqueuse et Écrivaine. Auteure du roman “Ben Toumert, ou les derniers jours des Voilés”

Avec la participation de :  

Madame la Professeure Rachida Naciri, Philosophe, Psychopédagogue, Écrivaine et Modératrice de la séance.

 Monsieur le Professeur Mostafa Bouaziz, Professeur Universitaire, Historien et Directeur Scientifique du Centre d’Etudes et de Recherches Mohamed Ait Idder (CERM).

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube.

Avec nos meilleures salutations.

Mouna HACHIM

Née en 1967, Mouna Hachim a fait des études de Littérature française à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Casablanca.

Elle a obtenu un Diplôme d’Etudes Approfondies en Littérature Comparée consacré à La courtoisie française au Moyen Âge avec les quatre premiers troubadours de Langue d’Oc.

Après une expérience professionnelle en communication interne dans une grande institution bancaire, elle s’oriente vers la presse et collabore dans plusieurs publications nationales.

C’est en 2004 qu’elle publie son premier roman, Les enfants de la Chaouia, une saga familiale étendue sur trois générations, envisagée comme un microcosme de la société marocaine en pleins bouleversements depuis le début du XXe siècle.

En 2007, elle a également auto-édité un travail d’érudition, le Dictionnaire des noms de famille du Maroc dont une édition revue et augmentée est parue en 2012 chez les Éditions Le Fennec.

Parallèlement, elle poursuit sa contribution dans les médias notamment à travers une chronique quotidienne sur Radio Atlantic et une, hebdomadaire, au Journal l’Economiste intitulée Chroniques d’hier et d’aujourd’hui.

Par ailleurs, elle présente sur la base de ses recherches, un documentaire historique en quatre épisodes sur la chaîne Médi 1 TV, en juillet 2014, sous le titre Triq Al-Asl (La Route des Origines).

Membre du jury du Prix littéraire Mamounia pendant trois années consécutives, elle participe à l’ouvrage collectif Ce qui nous somme, édité par La Croisée des chemins en réaction aux attentats de Paris de 2015.

Elle a également publié, en avril 2016, son ouvrage Chroniques insolites de notre histoire (Maroc, des origines à 1907) qui effectue une relecture décalée par rapport aux récits officiels et manuels scolaires réédité en France par Erick Bonnier Editions en septembre 2018 sous le titre Histoire inattendue du Maroc.

Chez le même éditeur, elle publie en septembre 2019, un roman historique qui se déroule à la fin XVIe siècle et début du XVIIe siècle entre l’Europe et le Maroc, basé sur des événements et personnages réels, intitulé “Les manuscrits perdus”.

Sa nouvelle production est un roman consacré à la chute de la dynastie almoravide vue par des femmes, Ben Toumert ou les derniers jours des Voilés, paru aux éditions La Croisée des chemins à Casablanca.

Rachida NACIRI

Professeure de Philosophie , de Psychopédagogie , Communication – écrivaine

Pr. Rachida NACIRI issue d’une famille très à cheval sur traditions oujdies et valeurs marocaines. Son environnement parental lui a inculqué discipline et rigueur avant même ses premiers pas à l’école primaire Victor Hugo ou au lycée Omar Ibn Abdelaziz d’Oujda, en passant par le collège Pierre et Marie Curie. Après avoir décroché le baccalauréat (Mission universitaire et culturelle française), avec Mention, elle obtint une licence de philosophie, suivie d’un diplôme de 3ème cycle en Psychopédagogie.

Professeur-chercheur au Centre National de Recherche pour l’arabisation, elle a compilé dictionnaires de Psychologie et de psychanalyse en français, latin, espagnol en vue de leur traduction en arabe. Plus tard, professeur de psychopédagogie notamment aux Centres Pédagogiques Régionaux (CPR), ENS de Casablanca et Agadir, elle a formé des professeurs, inspecteurs, proviseurs en formation initiale ou continue. Elle a également formé plusieurs promotions de personnel de la Santé Publique.

Elle a participé à la conception et à la mise en oeuvre de différents référentiels de formation destinés au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres. Ses publications traitent de différents thèmes tels que « l’apprentissage », « l’adolescence », « l’écoute », « les représentations », « apprendre à apprendre », « le bilinguisme », « l’adolescent », « les délinquances », « les déperditions scolaires », « les modes d’apprentissage », « les compétentes », « le développement personnel »…

Parallèlement elle a toujours oeuvré dans le contexte de la société civile en s’impliquant dans les instances associatives.

Par ailleurs, depuis son adolescence, Rachida a évolué au rythme des sports et des marathons thématiques comme la course féminine “Courir pour le plaisir” ou encore le marathon “Courir contre l’oubli”…

Son débordement d’énergie, la diversité de ses activités, ses compétences, son abnégation dans le travail et sa volonté de toujours donner plus ont été reconnus et récompensés par la

décoration Royale qui lui a été décernée en juillet 2004: « وسام الاستحقاق الوطني من الدرجة الممتازة »

Elle a assisté et activement participé  à des rencontres francophones lors d’un séjour prolongé aux USA. Elle a aussi participé au congrès de l’association « Africa Femmes Performantes ».

Ouvrages :

  • Nanna ou les racines, éd. L’Harmattan-Paris, 2011.
  • Appels de la médina tome 1, éd. L’Harmattan-Paris, 2013.
  • Appel de la médina tome 2, éd. L’Harmattan-Paris, 2014.

 

Mostafa BOUAZIZ

Historien, titulaire d’un Doctorat d’Etat à l’Université Paris I Panthéon –Sorbonne et d’un diplôme de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris. Il est actuellement Professeur de l’Enseignement Supérieur à l’université Hassan II de Casablanca. Il est également Conseiller scientifique de la revue Zamane et membre fondateur de l’Association Marocaine de la recherche historique.

Mostafa Bouaziz a contribué à la rédaction de plusieurs articles dans la presse marocaine et est aussi l’auteur de plusieurs livres et ouvrages dont : Aux origines de la Koutla démocratique (éditions de la Faculté des lettres Aïn Chok, 1997).

.من مواليد مدينة فجيج سنة 1951 .متزوج وأب لولدين. وصاحب مؤلفات عديدة باللغتين العربية والفرنسية

.خريج المدرسة العليا للعلوم االجتماعية بباريس سنة 1981

دكتوراه السلك الثالث في التاريخ بجامعة السربون سنة 1987

.شهادة التأهيل لإلشراف على البحوث “HDR “سنة 2005

دكتوراه دولة في العلوم االجتماعية من جامعة الحسن الثاني سنة 2009

“CM2S”مدير المركز المغربي للعلوم االجتماعية  من 2014 إلى 2017

أستاذ المناهج التاريخية والتاريخ المعاصر المغربي من 1982 إلى 2017

.CERM مدير علمي بمركز محمد بن سعيد أيت يدر لألبحات والدراسات

.2016 مستشار علمي لمجلة زمان المهتمة بعلم التاريخ من 2010 إلى

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

Focus sur “Ben Toumert ou les derniers jours des voilés” avec Mouna Hachim, Medi 1 TV, 22 mars 2021

Mouna Hachim raconte la chute des Almoravides, vue par des femmes

 

Dans son dernier roman historique Ben Toumert ou les derniers jours des Voilés, Mouna Hachim relate la chute de l’empire Almoravide à travers la vie de trois princesses.

Par 

Pour Mouna Hachim, Ibn Toumert “a un côté savant et ascète, et puis une face sombre, sanguinaire à explorer”. Crédit: DR

Consulter l’article complet.

Mots d’accueil de Mme la Présidente Houria Ouazzani à l’occasion de la visioconférence du Jeudi 29 avril 2021 avec Mouna HACHIM, Rachida Naciri et Mostafa Bouaziz.

Au nom du CENTRE MOHAMED HASSAN OUAZZANI POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT humain, j’ai le plaisir d’accueillir pour cette visioconférence 3 personnalités dont nous avons déjà pu apprécier la qualité et la profondeur de leurs propos et de leurs écrits lors de précédentes conférences et colloques.

Aujourd’hui, nous avons le privilège de proposer un débat sur le Rapport entre Roman et Histoire à l’occasion de la sortie du nouveau livre de Madame Mouna HACHIM Ben Toumert ou les derniers jours des voilés.

Nous la remercions d’avoir accepté notre invitation à venir présenter ce nouveau roman historique qui comme toutes ses publications antérieures interpellent les connaissances historiques, mais surtout incitent à une réflexion sur les valeurs et les pratiques qui marquent et agitent les sociétésau fil du temps ; la période actuelle est particulièrement perturbée par la perte de repères identitaires ; les populations sont  attirées par des modèles réducteurs d’organisation de la société et par des modes d’expression et de croyances qui ignorent la nuance, le pluralisme et la tolérance qui font la richesse d’une civilisation.

Dans ce nouveau roman historique, fondé sur des événements et des personnages réels, on est amené à se poser des interrogations très actuelles concernant les ravages du dogmatisme et le drame d’une Foi entachée par l’extrémisme. En plus dans cette fresque médiévale, les femmes jouent un rôle inattendu et très touchant !

De nos jours, on parle de régression pour caractériser la réception d’idéologies totalitaires qui détournent la religion de sa finalité essentielle : vivre ensemble avec tous les êtres de la création, ce qui implique la reconnaissance de l’autre, de sa légitimité à exister, en un mot la tolérance. Notre pays n’est-il pas réputé pour pratiquer, à quelques exceptions près, la tolérance en matière religieuse ?

La richesse de notre histoire, la variété des vécus des populations de l’espace maghrébin depuis les temps les plus anciens jusqu’au début du 20e siècle, ont été relatés par Madame Mouna Hachim lors d’une conférence –débat que nous avions organisée en novembre 2016 ; elle nousavait proposé « Une Nouvelle lecture de l’histoire du Maroc », en commentaire de sa vaste étude intitulée avec modestie « Chroniques insolites de notre Histoire, Maroc, des origines à 1907. (conférence-débat qui peut être consultée sur notre site).

Pour dialoguer avec notre auteure, nous avons invité Madame la Professeure Rachida Naciri, qui en plus de ses nombreuses publications scientifiques, aussi bien philosophiques que psychopédagogiques, est l’auteur de plusieurs romans. (Toutes les références sont aussi disponibles sur le site internet de notre Centre). Madame Rachida Naciri nous a apporté à plusieurs reprises ses contributions à nos débats. D’abord, elle a proposé une passionnante analyse sur L’approche genre au Maroc : acquis et perspectives, en mars 2018 ; elle a ensuite modéré une conférence animée par trois conférencières algériennes sur La migration illégale en provenance des pays du Sahel et sa répercussion sur les zones de transit en Afrique du Nord, le 20 novembre 2019.( Conférence disponible sur notre site dans son intégralité).

Etant donné la réflexion proposée aujourd’hui sur l’apport du « Roman Historique », nous sommes très reconnaissants au Professeur Mostafa Bouaziz, d’avoir accepté d’apporter ses commentaires  d’historien. Historien sensible aux perspectives de longue durée, Mostafa Bouaziz, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du Maroc, notamment sa récente publication en 2 volumes sur Les nationalistes marocains au 20e siècle qu’il a présentée dans notre Centre le 23 janvier 2020, conférence accessible en ligne sur notre site web. En plus, Professeur Bouaziz s’est révélé en tant que chroniqueur et éditorialiste passionné des enjeux actuels du devenir de la société, notamment par ses contributions régulières pendant des années dans la revue mensuelle ZAMAN. Il s’est aussi distingué par ses nombreuses interventions lors de nos conférences et colloques toutes disponibles en libre accès sur notre site. Professeur Mostafa Bouazizest donc tout indiqué pour contribuer avec perspicacité et comme toujours avec finesse au débat littéraire et historique que suscite le livre de Mouna Hachim.

J’attends donc avec impatience, malgré une présence virtuelle due aux circonstances sanitaires, les idées et les analyses que nous présentera notre romancière et historienne, Madame Mouna Hachim, écrivaine de talent, passionnée d’histoire, ainsi que les commentaires de nos deux brillants universitaires, investis tous les deux dans la compréhension des évolutions de la société marocaine.

Merci encore à tous les intervenants ainsi qu’aux participants à distance pour leur intérêt et leur partage au cours de cette séance.

Du rapport entre Roman et Histoire dans “Ben Toumert ou Les derniers Jours des Voilés”

La pandémie, accélérateur de développement des soft skills en milieu professionnel ?

Mesdames, Messieurs

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa deuxième visioconférence au titre de l’année 2021, intitulée :

La Pandémie, accélérateur de développement des Soft Skills en milieu professionnel ?

Le Vendredi 26 Mars 2021 à 19h30 

La conférence a été animée par Madame Maha StelateCollaboratrice Scientifique du CMHO et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion.

Avec la participation de :  

Madame Hajar Elguor, Responsable RH, Formatrice et Coach.

 Madame Nora Benjalloun, Manager Commercial Senior et auditrice Certifiée en ISO 9001-2015.

 Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube.

Avec nos meilleures salutations.

Maha STELATE

Maha Stelate est Collaboratrice Scientifique au sein du Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain et Doctorante-Chercheur ès Sciences de Gestion au sein du Laboratoire de Recherche : Gestion des Compétences, de l’Innovation et des Aspects Sociaux des Organisations et des Economies (GECIAS) – FSJES Ain Chock – Université Hassan II de Casablanca.

Hajar ELGUOR

Responsable Ressources Humaines, dans des sociétés de différents secteurs(Industries& Services).

Coach Praticienne Certifiée de L’académie du Potentiel Illimité de Montréal.

Enseignante Universitaire Vacataire au sein de L’université Ibnou Tofeil de Kénitra.

Chroniqueuse à -LE MATIN EMPLOI-

Formatrice RH & Communication.

Lauréate d’un Master Spécialisé en Ingénierie des Ressources Humaines & Développement Social.

Nora BENJALLOUN

Nora BENJALLOUN est Manager Commercial Senior au sein d’un organisme de contrôle technique agrée du bâtiment et travaux publics et titulaire d’un MBA en ingénierie et management du projet, elle cumule 8 ans
d’expérience professionnelle.

Etant très attirée par le domaine managérial commercial, elle a fortement cultivé un intérêt particulier pour les techniques commerciales et de négociation du haut niveau pour définir la stratégie commerciale de l’entreprise.

Etant passionnée notamment par l’esprit d’organisation et d’analyse, sa formation en tant qu’auditrice certifiée en ISO 9001-2015 lui a donné une qualification dans ce domaine, lui a permis d’enrichir et d’approfondir ses
connaissances sur le terrain; ce qui a contribué à forger ses compétences et à mettre à l’épreuve ses qualités relationnelles et son professionnalisme.

Formatrice en Management et ingénierie du projet, elle conduit ses actions de formation auprès d’adultes salariés ou demandeurs d’emploi pour une mise à jour des connaissances ou pour un nouvel apprentissage.

La pandémie, accélérateur de développement des soft skills en milieu professionnel ?

La crise sanitaire a donné un autre sens au milieu professionnel, cette dernière a révélé l’importance et la performance des « Soft Skills » dans la dimension relationnelle du travail managérial.

Pour ce faire, les directions et les managers ont porté un focus particulier sur ces compétences pour surmonter les nombreuses situations liées à l’organisation.

Il s’agit des compétences humaines et comportementales qui demeurent le meilleur investissement sur le long terme.

Ils apparaissent de plus en plus comme des éléments essentiels pour surfer sur la vague de l’environnement de l’entreprise et s’adapter au mieux particulièrement au contexte de situation actuelle.

Notre intervention porte sur les soft-skills les plus demandées dans le milieu professionnel. Comment peut-on les diagnostiquer lors des recrutements, notamment dans le contexte actuel ? Quelles sont les conditions d’une communication à distance réussie? Comment le sens de l’adaptation peut-il servir l’entreprise sur le long terme, et faire de l’esprit d’équipe un moteur de performance ?

La pandémie, accélérateur de développement des Soft Skills en milieu professionnel ?

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Mesdames, Messieurs

Le Centre Mohamed Hassan Ouazzani pour la Démocratie et le Développement Humain a eu le plaisir de vous inviter à sa quatrième visioconférence intitulée :

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces 

Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Le Jeudi 10 Décembre 2020 à 17h30 

 

La conférence a été animée par Monsieur Reda BENKIRANE, Sociologue et Chercheur associé CCDP/IHEID, Suisse  

Avec la participation de :  

Madame Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI, Professeure de Classe Exceptionnelle en Sorbonne Université, Faculté des Sciences et d’Ingénierie.

Monsieur Guevara NOUBIR, Professeur à Northeasthern University, Boston, USA.

Monsieur Amine BENJELLOUN, Consultant Senior en Transformation des Organisations et des Territoires.

Monsieur Rida LARAKI, Directeur de Recherche au CNRS Paris et Professeur à l’université de Liverpool.

Nous vous remercions d’avoir suivi la séance qui a été diffusée en direct sur notre chaîne YouTube. 

Avec nos meilleures salutations.

Reda BENKIRANE

Reda Benkirane est sociologue, docteur en philosophie et consultant international à Genève. Chercheur associé au Centre sur les conflits, le développement et la paix (CCDP) de l’Institut de hautes études internationales et du développement (Genève, IHEID), et membre de l’Institut de recherches philosophiques de Lyon (université Lyon 3), il a mené, depuis une trentaine d’années, d’importantes recherches appliquées et de terrain dans les domaines de l’urbanité, de la complexité, de l’islamité et de la radicalité.

http://www.archipress.org/reda/

Livres 

Islam, à la reconquête du sens, Paris, Le Pommier, 2017, à paraître Casablanca, La Croisée des Chemins, 2021

Démographie et géopolitique. Étude critique des travaux d’Emmanuel Todd, Paris, Hermann, 2015.

La Complexité, vertiges et promesses. Dix-huit histoires de sciences, Paris, Le Pommier, 2002, 2006 et 2013.

Le Désarroi identitaire. Jeunesse, arabité et islamité contemporaines, préface de Salah Stétié, Paris, Cerf, 2004 ; Casablanca, La Croisée des Chemins, 2012.

Articles et entretien en lien avec la sphère numérique

Coronavirus, couronnement des sociétés sécuritaires, Politis, 12 juin 2020

https://www.politis.fr/articles/2020/06/coronavirus-couronnement-des-societes-securitaires-42024

http://mohamedhassanouazzani.org/coronavirus-une-analyse-de-reda-benkirane/

سياسة الوباء في عهد المجتمعات الأمنية
http://mohamedhassanouazzani.org/coronavirus-une-analyse-de-reda-benkirane/#1459958412083-252f22b3-80ae

Pandémie : entre Etats-plateformes et pouvoirs semi-totalitaires. Conversation avec Pierre Lévy, vidéoconférence, 26/06/2020, 93 minutes https://iqbal.hypotheses.org/6584 

YouTube:  https://youtu.be/-4tki0nrtRg

The Alchemy of Revolution: The Role of Social Networks and New Media in the Arab Spring, Geneva Centre for Security Policy, GCSP Policy Paper 2012/7

https://www.archipress.org/docs/pdf/Alchemy_of_Revolution_RBenkirane.pdf

Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI

Professeure de Classe Exceptionnelle en Sorbonne Université. Faculté des Sciences et d’Ingénierie…Lire la suite

Guevara NOUBIR

Guevara Noubir is a Professor at Northeastern University. His research interests span a range of problems on the theory and practice of privacy, security, and robustness in networked systems.  Dr. Noubir holds a PhD in CS from EPFL and MS in CS (diplôme d’ingénieur) from ENSIMAG, France. He held research and visiting positions at CSEM SA, EPFL, Eurecom, MIT, and UNL. Professor Noubir received several research awards including the US National Science Foundation CAREER Award, Google Faculty Research Award on Privacy, multiple best paper awards, and led award winning teams in several competitions including the DARPA Spectrum Collaboration Challenge (SC2).

Publications: https://www.ccs.neu.edu/home/noubir/publications.html

Amine BENJELLOUN

Consultant Senior en développement international et innovation, investi pour une meilleure gouvernance RSE en Afrique par la réalisation de projets inclusifs de la jeunesse diplômée… Lire la suite

Rida LARAKI

Rida Laraki est directeur de recherche au CNRS au Lamsade (Université Paris Dauphine)). De 2006 à 2017, il a été professeur à l’École Polytechnique et depuis 2017, il est professeur à l’université de Liverpool. Ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique de la région Parisienne (1996), il est docteur en mathématiques de l’université Pierre et Marie Curie (2000). Ses travaux de recherche portent sur la théorie des jeux, le choix social, l’économie théorique, l’optimisation, l’apprentissage et la recherche opérationnelle.

Rida est connu pour son travail sur le jugement majoritaire, un mode de scrutin qu’il a inventé avec Michel Balinski. Celui-ci a fait l’objet d’un livre publié chez MIT Press en 2011. Il a organisé le séminaire hebdomadaire en théorie des jeux à l’Institut Henri Poincaré de 2001 à 2018 et a organisé de nombreux colloques et conférences internationales.

Rida Laraki est éditeur associé dans plusieurs revues scientifiques, est responsable du programme doctoral d’informatique à l’université Paris Dauphine, a été responsable du groupe SMAI-MODE. Il est membre élu du conseil de la Game Theory Society et du conseil d’administration de la SMAL.  Enfin, il a co-fondé en 2018 avec Chloé Ridel l’association « Mieux Voter ».

https://sites.google.com/site/ridalaraki/

 

LIVRES

Laraki R.,  J. Renault and S. Sorin (2019) Mathematical Foundations of Game TheorySpringer.

Balinski M. and R. Laraki (2011) «Majority Judgment: Measuring Ranking and Electing»MIT PressEndorsements.

Laraki R.,  J. Renault and S. Sorin (2013) «Bases Mathématiques de la Théorie des Jeux»Editions de l’Ecole Polytechnique.

Laraki R.,  J. Renault and T. Tomala (2006) «Théorie des Jeux: Introduction à la Théorie des Jeux Répétés». Journées Mathématiques XUPS. Editions de l’Ecole Polytechnique.

Articles Grand Publique 

Balinski M., R. Laraki (21 Avril 2016). Pour éviter un nouveau 21 avril, instaurons le « jugement majoritaire »The Conversation (relayé par MarianneFrance Inter, Sud-Ouest).

Avec l’association Mieux Voter (5 Avril 2018). “L’urgence de Mieux Voter“. Libération.

R. Laraki, P. Moritzand C. Ridel (15 Avril 2019). “Réinventer le référendum“. AOC (Analyse, Opinion, Critique).

R. Laraki and C. Ridel(25 Mai 2019). “Pas d’issue pour le Brexit? Le jugement majoritaire peut résoudre le problème“. Variance.eu

R. Laraki (2 Novembre 2020). “Aux États-Unis, le problème est le scrutin majoritaire, pas le collège électoral“.The Conversation.

 

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles

Reda Benkirane

Une des principales conséquences de la pandémie du Covid19 est le fait que l’humanité a complètement basculé dans le numérique. Depuis le début de la crise sanitaire, partout dans le monde, les plateformes numériques ont assuré l’essentiel de nos activités économiques, sociales et culturelles. Travail et enseignement à distance ont été consacrés au cours de l’année 2020…mais aussi traçage et contrôle des individus, surveillance des populations en phase de confinement. D’un côté, toute une économie de la connaissance s’est mise en place, de l’autre, un capitalisme cognitif/culturel ainsi que toutes sortes de pollution affectent les individus autour de la captation de leur attention et de la manipulation de leurs pulsions et de leur psyché. Les technologies de l’information et de la communication promettaient la fin des servitudes concernant l’accès à la connaissance, mais elles peuvent tout autant être utilisées pour miner la démocratie – là où elle régnait jusque-là – et pour renforcer l’autoritarisme et le contrôle grégaire des masses. Comment appréhender le numérique en tant que pharmakon, c’est-à-dire à la fois comme remède et poison, dans ses usages et mésusages au sein de sociétés complexes et sophistiquées ?

Qu’est-ce qui dans l’infotechnologie favoriserait l’intelligence collective, l’accroissement et le partage du savoir, la sauvegarde de l’environnement et des ressources naturelles, la promotion de la démocratie et l’humanisme planétaire ? Qu’est-ce qui est potentiellement toxique pour les individus, les abêtit individuellement et collectivement en tant que bétail cognitif ? L’intelligence artificielle permise par l’essor du numérique va-t-elle triompher en l’humain en le fonctionnalisant en automate comme un autre ? Comment faire pour protéger nos données personnelles qui font les mégadonnées expropriées et exploitées maximalement dans une économie numérique où une poignée d’entreprises fonctionnent en Etats-plateformes autrement plus puissants que les Etats-nations ? Y a-t-il des limites cognitives et psychologiques mais aussi sociétales et environnementales à l’exploitation de ces mégadonnées et à l’emprise de l’infotechnologie sur les sociétés du 21e siècle ? A l’instar des fumées noires des cheminées de la révolution industrielle, se pourrait-il que les algorithmes de la révolution numérique génèrent des pollutions encore mal identifiées, du côté du monde mental, de l’attention profonde et en prise directe avec la psyché et ses impensés ?

Comment les sociétés peuvent-elles agir de manière à changer notre rapport à ce numérique invasif et totipotent et concourir à assurer la viabilité de l’avenir ?

Qu’en est-il pour un pays comme le Maroc, avec tout son potentiel mais aussi son niveau de développement humain somme toute relativement bas ? Le numérique réduit-il ou au contraire renforce-t-il les inégalités économiques et l’autoritarisme politique ? Permet-il à l’Etat une gestion efficiente et à la société civile de s’exprimer, de s’émanciper, de prospérer et de prendre en main sa destinée ? Quelles promesses et quels risques se profilent derrière le numérique pour les pays arabes et africains après les révoltes sociales et la répression/régression qui s’en est suivie ?

C’est ce que nous nous proposons d’aborder et d’approfondir avec des chercheurs de pointe qui sont aussi de fins observateurs de la sphère numérique et des transformations technologiques et sociétales dont elle est porteuse depuis plus d’un quart de siècle.

Mots-clés : algorithme, intelligence artificielle, méga données, fake news, post-vérité, révoltes sociales, GAFA, cryptographie, algorithme, sécurité, surveillance, contrôle, démocratie, révolutions sociales, droits humains, droits numériques, (trans)humanisme, société du savoir.

Aux origines de l’IA, les questions ouvertes : qui parle/joue ? et à/de qui ? *

 

On peut trouver au cœur du texte fondateur de l’intelligence artificielle présents les principaux traits ambivalents de la sphère numérique : confusion et profusion discursive, ambiguïté et jeu autour de l’intelligence et du genre

La mesure des progrès de l’intelligence artificielle (IA) est généralement examinée à travers le « test de Turing». Le logicien britannique Alan Turing a écrit en 1950 un article paru dans une revue de psychologie et de philosophie qui est considéré comme le fondement théorique de l’IA. Dans cet article, il pose tout d’abord la question de savoir si les machines peuvent penser, et comment alors définir la « machine » et la « pensée ». Puis il établit au travers du « jeu de l’imitation » un dispositif composé de trois acteurs : un homme A, une femme B et un interrogateur C. L’interrogateur C, qui n’est pas dans la même pièce que les deux autres, leur pose des questions au travers d’un échange dactylographié. Le jeu de l’imitation commence quand Turing pose la question de savoir ce qui se passerait si une machine prenait le rôle de l’homme A dans la poursuite des questions-réponses avec l’interrogateur C.

Cet article a fait l’objet de très nombreuses exégèses, son ambiguïté ne concerne pas seulement la confusion entre homme et machine, mais la confusion des sexes. La question du sexe des joueurs du jeu de l’imitation intervient à plusieurs reprises puisque Turing imagine la possibilité « de faire jouer à O [l’ordinateur] le rôle de A [l’homme] dans le jeu de l’imitation, le rôle de B [la femme] étant tenu par un homme ». Dans ce même article, un paragraphe intitulé « L’objection théologique », il va même jusqu’à demander « Comment les chrétiens considèrent-ils l’opinion musulmane : « Les femmes n’ont pas d’âme ? » »

Pour Alan Turing (homosexuel dans une Angleterre puritaine et conservatrice), le jeu de l’imitation met en scène l’ambivalence de l’intelligence et de la sexualité comme il l’exprimera au travers d’un paradoxe logique peu avant de mourir tragiquement :

« Turing pense que les machines pensent. Turing ment aux hommes (lies with men). Donc les machines ne pensent pas. »

Il faut savoir qu’Alan Turing fut arrêté en 1952 pour « délits sexuels avec un jeune homme » et condamné à une castration chimique. Il a fini par se suicider par empoisonnement au cyanure.

Cf. Alan TURING, « Computing Machinery and Intelligence », Mind, vol. LXI, n. 236, 1950, (URL:

http://mind.oxfordjournals.org/content/LIX/236/433). Ce texte est paru en français, « Les ordinateurs et l’intelligence », traduit par Patrice Blanchard, paru dans La Machine de Turing, Paris, Seuil, 1999, pp. 134-175.

* Note extraite de Reda Benkirane, Islam, à la reconquête du sens, Paris, Le Pommier, 2017, p. 224.

Le numérique n’est pas neutre, Quid de l’éthique dans la sphère numérique

Amal EL FALLAH SEGHROUCHNI

Leviers de Motivation et de Gouvernance, des Pouvoirs Numériques en Entreprise: Enjeux, Progrès et Risques

Amine BENJELLOUN

Je prend très au sérieux cette conférence et travaille à un contenu innovant, pertinent, intelligible au plus grand nombre et proposant un ensemble de pistes de solutions correctives/alternatives, à l’approche systémique du développement portée aujourd’hui, par les politiques publiques et les stratégies des grands groupes tenant le leadership de l’économie mondialisée.

Le numérique peut promouvoir autant le confort que la toxicité, la justice que l’exclusion, la praticité que la complexification.

En un mot : l’exercice de la citoyenneté ne saurait devenir une compétence. elle doit demeurer pour chacune et chacun d’entre nous, un droit et une responsabilité.

Il y a une dimension trop peu considérée à ce jour, celle de la gouvernance de l’avènement et de l’appropriation numérique. Ce n’est pas seulement une question de compatibilité au quotidien, mais un enjeu majeur pour l’humanité, puisque le numérique est parvenu à un taux de pénétration de notre milieu, pour nous poser désormais question, par son indéniable dimension CIVILISATIONNELLE.

Ainsi, de même qu’il existe des institutions de gouvernance du droit (Conseil Constitutionnel), de l’information (Conseil de l’Audiovisuel), des transformations sociétales à travers le progrès et le vivant (Conseil économique, social et environnemental) ou encore de l’éthique (Conseil de l’éthique scientifique), il nous faut aujourd’hui songer très sérieusement à installer une institution de gouvernance de l’avènement et de l’appropriation numérique et laquelle, dirait le droit, l’opportunité et la sécurité collective à l’aune de l’intégration d’une nouvelle technologie dans notre vivre ensemble.

Voici, les premières considérations suscitant l’intérêt, les échanges et les enjeux de ce que nous sommes entrain de valider par une adoption silencieuse dans nos modes de vies, sans toujours mesurer l’impact pas seulement communicationnel, de ce qui est entrain de profondément les transformer.

Je témoignerai également de situations concrètes vécues, de transformations d’organisations et de territoires, de l’Académie d’Excellence de l’avionneur Airbus aux États Généraux de l’Alimentation ou encore l’intégration de modèles innovants dans l’économie rurale africaine, que j’ai eu l’honneur de diriger et les impacts multiples et notamment psycho-sociologiques de ces progrès, pas toujours simples à maîtriser.

 

 

Comment les mathématiques et l’informatique peuvent améliorer la démocratie

Rida LARAKI

La démocratie est en crise. Les citoyens Européens, Américains, Anglais, Suisses ou encore Marocains éprouvent une méfiance croissante à l’égard des mécanismes utilisés pour élire leurs représentants et organiser des référendums. Ces mécanismes sont injustes et manipulables. De plus, ils peuvent produire des résultats électoraux polarisants – par opposition à consensuels. Par exemple, les référendums binaires qui offrent deux options de réponses : oui-non peuvent conduire à une ambiguïté d’interprétation et donc à une division au lieu de donner des instructions claires à l’exécutif (e.g. le Brexit).

Une démocratie qui fonctionne commence par une élection qui fonctionne. Pour engager les électeurs dans le processus politique et obtenir un mandat plus clair, le vote doit être exprimé d’une manière optimale. Pour renforcer la confiance des électeurs dans le système, le vote doit être juste et résistant aux manipulations.

Motivée par ces principes démocratiques, la présentation vise à démontrer que :

A) Les mathématiques aident à concevoir de nouveaux mécanismes de vote qui sont justes, robustes et possibles. Nous développerons deux exemples: le jugement majoritaire (où les électeurs peuvent mieux exprimer leurs opinions complexes en évaluant chaque option dans une langue commune de notes, telles que «Excellent», «Très bien», «Bien, «Acceptable», «Insuffisant», «Rejeter».) et le système bi-proportionnel (qui nécessite un algorithme complexe pour calculer ses résultats mais qui est néanmoins devenu la loi dans plusieurs Cantons en Suisse).

B) Le numérique est important à différents niveaux pour garantir le bon fonctionnement de la démocratie et notamment la mise en place :

1)  d’une plateforme de votes qui permet aux électeurs de voter facilement et d’obtenir rapidement les résultats;

2) d’un algorithme efficace pour calculer et représenter les résultats;

3) d’une double sécurité : anonymat du vote et intégrité des résultats (cryptographie, blockchain).

4) d’une transparence, notamment des codes sources et d’un contrôle citoyen et juridique à tous les niveaux.

D’autres conditions sont évidement nécessaires pour garantir le bon fonctionnement d’une démocratie : l’éducation depuis le jeune âge (école, université), les institutions juridiques, un contrôle populaire, des médias indépendants, transparence du financement politique, etc.

La Sphère Numérique, Promesses et Menaces. Le Meilleur et le Pire des Mondes Possibles.

Présentation PPT de Professeur Rida LARAKI

Voir la version PDF